Français

Opéra Monde. La quête d'un art total

ExpositionsOpéra Monde. La quête d'un art total

Jusqu'au 27 Janvier 2020

Lieu(x) : Centre Pompidou-Metz , Galerie 3
Catégorie : Expositions
Public : Tout âge

« Il ne s’agit pas de re-composer un opéra avec ses hiérarchies, mais plutôt de fabriquer un instrument à produire de la liberté. »
Pascal Dusapin, à propos de To Be Sung, Arles-Caen, Actes Sud - Théâtre de Caen, 1994, p.20.

Opéra Monde témoigne de la rencontre entre les arts visuels et l’opéra aux XXe et XXIe siècles. Plus qu’une exposition consacrée aux scénographies d’opéra réalisées par des artistes, elle entend mettre en lumière, en résonance, ou au contraire en tension avec l’héritage du Gesamtkunstwerk (concept d’œuvre d’art totale) wagnérien, comment les arts visuels et le genre lyrique se sont nourris mutuellement, et parfois même influencés de manière radicale. Dans ce mouvement de va-et-vient, l’opéra sert ainsi de terrain fertile d’expérimentations et de ferment pour de nouvelles sensibilités esthétiques et politiques.

Exposer aujourd’hui l’opéra a plus d’un sens. C’en est fini avec le mythe du « dernier opéra ». « Il faut faire sauter les maisons d’opéra », déclarait Pierre Boulez en 1967. Si la sentence semblait tomber comme un verdict fatal et définitif, on peut constater que le genre a, au contraire, donné lieu tout au long du XXe siècle et précisément ces dernières décennies, à d’importantes et remarquables créations. La spectacularisation dénoncée alors a amplement touché les autres domaines artistiques. L’opéra comme lieu du spectaculaire permet, dès lors, d’explorer sous un angle nouveau cette théâtralité innervant de plus en plus, après des années d’un art plus conceptuel, le champ de l’art contemporain.

Présentant des maquettes, costumes, éléments de scénographie, autant que d’imposantes installations et de nouvelles créations, le parcours, qui mêle images et sons, montre comment l’opéra est la fois une manufacture de désirs artistiques partagés autant qu’un symbole de liberté. Des expériences scéniques des premières avant-gardes, telles que La Main heureuse (1910-1913) d’Arnold Schönberg, aux partitions durablement inscrites au programme des grandes salles comme Saint François d’Assise (1983) d’Olivier Messiaen, en passant par des formes plus expérimentales, mais emblématiques, comme Einstein on the Beach (1976) de Philip Glass et Bob Wilson, Opéra Monde esquisse une cartographie différente de l’interdisciplinarité.

Se déployant en différentes sections thématiques, allant de la scène comme peinture en mouvement, aux productions politiques et parfois utopiques, de formes plus radicales et de nouveaux lieux d’opéra, à la féérie ou encore la fureur des mythes, le projet prend essentiellement pour focus une sélection de créations représentatives de ces relations fructueuses scèneartiste. Certains grands classiques – La Flûte enchantée, ou Norma – sont également exposés, soulignant comment le répertoire manié avec audace, a servi à la fois de lieu de transgression, de transformation, tout en garantissant une certaine pérennité du genre.

L’exposition questionne la capacité même d’une exposition, sinon à restituer, du moins à évoquer le pouvoir sensoriel de l’opéra et son caractère envoûtant. Un important travail de réactivation de certaines créations du passé, de même que certaines commandes passées à des artistes contemporains, permettent de montrer la passion que suscite encore le genre aujourd’hui, et de plonger le visiteur dans la magie singulière du spectacle lyrique.

Prolongeant la réflexion sur les affinités électives entre le spectacle et les arts visuels – portée par de précédents projets, parmi lesquels Musisircus ou Oskar Schlemmer. L’homme qui danse, l’exposition Opéra Monde questionne la théâtralité qui innerve les champs de l’art moderne et contemporain, avec une résonance d’autant plus forte qu’elle s’inscrit dans le cadre du 350e anniversaire de l’Opéra national de Paris, berceau de gestes artistiques novateurs – ceux de Bill Viola, Romeo Castellucci ou Clément Cogitore, pour ne citer qu’eux.

 

Commissaire : Stéphane Ghislain Roussel
Chargée de recherches et de coordination : Anne Horvath

 

Logo ONP

L'exposition Opéra Monde est réalisée en résonance avec la célébration des 350 ans de l’Opéra national de Paris.

Scénographe et costumière, collaboratrice de longue date du metteur en scène Krzysztof Warlikowski, Małgorzata Szczęśniak (née en 1954) développe un travail qui ne se plie en rien au conformisme de certaines traditions théâtrales. Remettant en question le potentiel expressif de la scène, à travers une recherche sur le pouvoir symbolique des lieux et la transformation du réel, son travail – reconnaissable notamment par son architectonique – oscille entre une sobriété étincelante et une forme de baroquisme contemporain. Nourri de nombreuses sources d’inspiration, allant des arts visuels au grand écran, il rejette tout caractère illustratif, pour faire de la scénographie un élément charnière de la dramaturgie.

À l’invitation du commissaire de l’exposition et en étroit dialogue avec l’équipe artistique, la créatrice polonaise réalise la scénographie de l’exposition.

Elle propose un labyrinthe, se déployant de part en part de la galerie, telle une métaphore de la traversée à la fois sensorielle et dramaturgique du déroulé du parcours, pensé lui-même comme un opéra structuré en actes, scènes et sensations. Suivant cette quête qui propose autant de réponses que d’invitations à la découverte, la déambulation permet une véritable rythmique, provoquant des effets de surprise, des moments de pause ou encore des espaces plus vastes de contemplation. D’un point de vue symbolique, la forme labyrinthique convoque et met en résonance des récits tels que celui d’Ariane ou encore d’Orphée, figures mythiques fondatrices ou tutélaires de l’histoire de l’opéra et d’un désir passionné sans limite. Enfin, à l’opposé d’une vision homogène et globalisante, cette architecture met en avant la richesse protéiforme des nations, des histoires et des rêves, que peut constituer le genre lyrique comme miroir du monde.

Couverture Catalogue Opéra Monde

Le catalogue Opéra Monde. La quête d’un art total sous la direction du commissaire de l’exposition, Stéphane Ghislain Roussel, dresse un ambitieux panorama des rapports entre le genre lyrique et les arts visuels, de Wagner à nos jours. Richement illustré, cet ouvrage de référence en explore les multiples facettes en abordant plus d’une cinquantaine d’œuvres clés. Il réunit une trentaine de spécialistes qui, à travers des essais et des entretiens inédits, complétés par un important corpus scientifique, analysent les enjeux esthétiques et politiques soulevés par l’opéra et l’idéal d’une œuvre d’art totale.

Catalogue d'exposition
Ouvrage collectif sous la direction de Stéphane Ghislain Roussel
Éditeurs : Centre Pompidou-Metz, en coédition avec la RMN
Relié, 320 p., format 22 x 28 cm
Langue : français
Date de parution : 19 juin 2019
ISBN : 978-2-7118-7439-2

Avec le soutien du Département de la Moselle

Logo Departement

 

Mécène fondateur :

Logo Wendel

 

Mécènes de l'exposition :

Logo La Compagnie de PhalsbourgLogo Caisse d'Epargne Grand Est Europe

 

Avec le soutien de :

Logo Groupe Galeries Lafayette

 

En partenariat média avec :

Logo France Musique

Logo Beaux Arts

Logo OUI SNCFLogo Républicain LorrainLogo TéléramaLogo ARTE

Visite Opéra Monde

Partez à la découverte de l'exposition Opéra Monde accompagné par un médiateur.

Maxi-Visites Opéra Monde

Pour les passionnés et les curieux, une visite exceptionnelle de deux heures vous fera pénétrer au cœur d’Opéra Monde.

Visite en famille - Opération Opéra

Quelle joie de découvrir l’Opéra en famille, les costumes, la mise en scène, les décors ! À l’occasion de l’exposition Opéra Monde vous explorez ce domaine artistique entre art populaire et musique savante, en créant, jouant et surtout en éprouvant du plaisir.
Et qui sait, peut-être que les enfants, en sortant de cette visite, diront : « on y va quand à l’opéra, papa et maman ? »