Face à Arcimboldo

ExpositionsFace à Arcimboldo

Du 29 mai au 22 novembre 2021

Vous qui allez, errant à travers le monde,
Curieux d’y voir hautes et stupéfiantes merveilles,
Venez-ci, où vous trouverez des...

Cette inscription destinée aux promeneurs du jardin de sculptures fantastiques de Bomarzo pourrait tout aussi bien accueillir les visiteurs de l’exposition Face à Arcimboldo présentée au Centre Pompidou-Metz, du 29 mai au 22 novembre 2021.

Née d’un dialogue entre l’artiste Maurizio Cattelan et Chiara Parisi, directrice du Centre Pompidou-Metz et commissaire de l’exposition avec Anne Horvath, l’exposition Face à Arcimboldo propose une visite inédite, à rebours de toute chronologie, dans les méandres de la pensée de ce peintre mystérieux du XVIe siècle, pour percer l’actualité de son vocabulaire.

Si les portraits composites d’Arcimboldo sont aujourd’hui universellement connus, la richesse et la diversité de son œuvre restent à découvrir. Giuseppe Arcimboldo (1526-1593) est un inventeur et un penseur dont les réflexions et les travaux dépassent la question de la représentation du visage dans la peinture. L’exposition montre combien son œuvre irrigue l’histoire de l’art depuis cinq siècles et vient éclairer nombre de débats philosophiques et politiques actuels.

Outre le caractère exceptionnel de la présentation des célèbres Saisons du musée du Louvre et de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando à Madrid, l’accent est mis sur ses œuvres les plus surprenantes : les vitraux qu’il a créés au tout début de sa carrière à la Cathédrale de Milan, les dessins à la plume et au lavis bleu de la Galerie des Offices pour les fêtes et les tournois de la cour des Habsbourg, ainsi que Le Bibliothécaire, qui frappe le regard par son langage profondément conceptuel.

Inaugurant la programmation de Chiara Parisi, à la tête de l’institution depuis décembre 2019, Face à Arcimboldo a été imaginée dans la lignée de la première exposition consacrée à l’artiste en Italie, au Palazzo Grassi à Venise en 1987, L’Effet Arcimboldo. Les transformations du visage au XVIe siècle et au XXe siècle conçue par Pontus Hultén, premier directeur du Centre Pompidou, avec Yasha David.

Face à Arcimboldo incarne l’actualité artistique à travers le regard de 130 artistes, dont le choix a été guidé par l’influence – assumée, inconsciente ou fantasmée – qu’exerce le maître lombard sur leur pensée et leur art. Chacune des 250 œuvres de l’exposition porte l’empreinte de la liberté créative d’Arcimboldo et suit un fil rouge qui traverse les siècles jusqu’à nos jours.

Conçue en béton cellulaire, la scénographie des architectes Berger&Berger suggère la cartographie d’une citadelle dans laquelle les générations, les géographies et les médiums s’entrechoquent.

Dès l’entrée de la Grande Nef du Centre Pompidou-Metz, le visiteur se confronte à l’expérience de l’installation de Mario Merz, recomposée avec ses trois parties pour la première fois depuis 1987 – l’Hommage à Arcimboldo, Cono et la Table de Chagny – où se succéderont, au rythme des jours, fruits et légumes. Head VI (1949) de Francis Bacon avoisine les collages d’Hannah Höch, Anders (Brighton Arcimboldo) (2005) de Wolfgang Tillmans jouxte l’Étude dans les catacombes de Palerme (1924) d’Otto Dix, Untitled (#155) (1985) de Cindy Sherman dialogue avec La Poupée (1935-1936) d’Hans Bellmer. Ailleurs, les fresques de Pompéi viennent illuminer les masques de la boutique dans laquelle James Ensor a passé sa vie.

Avec ses amples ouvertures, le parcours architectonique permet de croiser les nouvelles créations de Fernando et Humberto Campana, la monumentale fontaine phosphorescente Hills and Clouds (2014) de Lynda Benglis, l’impressionnant Gardien du jardin (XVIIe siècle), unique sculpture arcimboldesque existante, ou encore le cabinet secret de Prague du légendaire cinéaste surréaliste contemporain Jan Švankmajer. Plus loin, le portrait d’Antonietta Gonzalez (1594-1595) par Lavinia Fontana, du château royal de Blois, la vidéo de Pierre Huyghe, Untitled (Human mask) (2014) et les portraits de Zoe Leonard autour de la femme à barbe du Musée Orfila (1991) se côtoient.

À l’instar des Surréalistes qui avaient reconnu en la figure d’Arcimboldo une source inépuisable d’inspiration, et qui sont présents dans l’exposition avec une sélection de chefs-d’œuvre, issus notamment des collections du Centre Pompidou, ce face-à-face avec Arcimboldo est également porté par la scène contemporaine. Les oeuvres de Kerstin Brästch, Felix Gonzàlez-Torres, Rashid Johnson, Ewa Juszkiewicz, Cally Spooner, Hans-Peter Feldmann ou Ed Ruscha, témoignent à leur tour de l’importance de la vision d’Arcimboldo dans la formation de générations d’artistes, du passé comme du présent.

Dans le Forum du Centre Pompidou-Metz, l’installation Le désir attrapé par le masque, créée spécialement pour l’exposition par Annette Messager, se déploie sous la forme d’une farandole d’animaux masqués qui manifeste le bizarre et l’inconnu, l’affreux et le séduisant, et ouvre une réflexion sur l’hybridation.

Dans sa déambulation au rythme de confrontations inattendues, le visiteur est invité à faire l’expérience, de manière intuitive, des paradoxes entre l’être humain et l’animal, le végétal et le minéral, le naturel et l’artificiel, la brutalité et le raffinement, l’invention et la nostalgie, l’enracinement et le désir de départ. Des extrêmes qui apparaissent aujourd’hui plus que jamais nécessaires, comme l’est l’esprit d’Arcimboldo, pour pouvoir naviguer dans l’univers complexe de la création artistique.

Avec
Giuseppe Arcimboldo, Ulisse Aldrovandi, Francis Bacon, Enrico Baj, Hans Bellmer, Lynda Benglis, Cezary Bodzianowski, Alighiero Boetti, Denis Boutemie, René Boyvin, Giovanni Battista Bracelli, Kerstin Brätsch, Victor Brauner, Glenn Brown, Cadavres exquis [Yves Tanguy, André Masson] [Yves Tanguy, Marcel Duhamel, Max Morise, André Breton] [Koo Jeong A, Ian Cheng, Philippe Parreno] [Marlene Dumas, Virgil Abloh, Rem Koolhaas] [Alex Israel, Norman M. Klein, Henry Taylor] [Paul McCarthy, Luchita Hurtado, Patrick Staff] [Tobias Rehberger, Rirkrit Tiravanija, Mathias Augustyniak] [Peter Saville, Liam Gillick, Philippe Parreno] [Yu Hong, Liu Xiaodong, Liu Wa], Miriam Cahn, Fernando et Humberto Campana, Maurizio Cattelan, Jake & Dinos Chapman, Giorgio de Chirico, Gregorio Comanini, Gustave Courbet, Roberto Cuoghi, David Czupryn, Daft Punk, Salvador Dalí, Otto Dix, Enrico Donati, Marcel Duchamp, Albrecht Dürer, Carl August Ehrensvärd, James Ensor, Max Ernst, Hans-Peter Feldmann, Lavinia Fontana, Llyn Foulkes, Daniel Fröschl, Giambologna, Gilbert & George, Felix Gonzàlez-Torres, Grandville, Francesco Guardi, Cornelis Norbertus Gysbrechts, Heide Hatry, Robert Heinecken, Hannah Höch, Pierre Huyghe, Rashid Johnson, Christoph Jamnitzer, Ewa Juszkiewicz, Tetsumi Kudo, Claude Lalanne, Nicolas II de Larmessin, Zoe Leonard, Roy Lichtenstein, Giovan Paolo Lomazzo, Ghérasim Luca, Maître du Bacchus, Maître lombard du Custode dell’orto, Maître strasbourgeois des Quatre Saisons, Maître de la Tête de satyre (Paolo Giovio), René Magritte, Man Ray, Alberto Martini, Matthäus Merian, Mario Merz, Marisa Merz, Annette Messager, Tomio Miki, Patrick Neu, M/M (Paris), Tim Noble & Sue Webster, Luigi Ontani, Meret Oppenheim, Bernard Palissy, Peintre d’Herculanum, Peintre du Plafond au bestiaire, Peintre de Pompéi, Francis Picabia, Pablo Picasso, Louis Poyet, Markus Raetz, André Raffray, Antonio Rasio, Auguste Rodin, Medardo Rosso, Ed Ruscha, Niki de Saint Phalle, Chéri Samba, Alberto Savinio, Iris Schieferstein, Arnold Schönberg, Cindy Sherman, Penny Slinger, Il Sodoma, Daniel Spoerri, Cally Spooner, Jacopo Strada, Jindřich Štyrský, Jan Švankmajer, Alina Szapocznikow, Wolfgang Tillmans, Jean Tinguely, Toyen, Rosemarie Trockel, Francesco Zucchi.

 

Avec la complicité du Château royal de Blois.

Commissariat :
Chiara Parisi, directrice du Centre Pompidou-Metz et Anne Horvath, chargée de recherches au Centre Pompidou-Metz, dans un fructueux dialogue avec Maurizio Cattelan, Patricia Falguières et Antonio Pinelli.

Couverture du catalogue Face à ArcimboldoMis en scène par le duo M/M, dont le travail graphique propose littéralement au lecteur de faire face à Arcimboldo, l’ouvrage mêle aux essais de Chiara Parisi et d’Anne Horvath, co-commissaires de l’exposition, ceux de deux spécialistes du Maniérisme, Patricia Falguières et Antonio Pinelli. Il invite également Yasha David à un échange sur sa collaboration avec Pontus Hultén lors de l’exposition historique conçue en 1987 au Palazzo Grassi, L’Effet Arcimboldo. Donatien Grau compose une chronologie commentée de l’époque d’Arcimboldo à nos jours et Maurizio Cattelan un manifeste en guise de conclusion.

Le mythique essai de Roland Barthes, « Arcimboldo, Rhétoriqueur et Magicien » (1978), est, de manière exceptionnelle, intégralement republié dans le catalogue.

FACE À ARCIMBOLDO
SOUS LA DIRECTION DE
CHIARA PARISI ET ANNE HORVATH
ÉDITIONS DU CENTRE POMPIDOU-METZ
DIMENSIONS : 34 X 27 cm
PARUTION : JUIN 2021
464 PAGES
PRIX : 75,00 €

Mécène fondateur :

Logo Wendel


Avec le mécénat de
Logo Caisse Epargne Grand Est


Avec la participation de l'Ambassade d'Italie à Paris
Logo Ambassade d'Italie à Paris
du Consulat général d'Italie à Metz et de l'Institut italien de Strasbourg

Logo Consulat général d'ItalieLogo Institut italien de Strasbourg

 


Avec le généreux soutien des galeries Pace, Thomas Dane Gallery, Blum & Poe, Xavier Hufkens, Mendes Wood DM et Giustini / Stagetti


Avec la contribution des tissus Dedar

Logo DEDAR

 

Avec la contribution du groupe Xella et produits Ytong

Logo YTONG 

 

 

 


Avec la contribution de la Cueillette de Peltre

Logo La Cueillette de Peltre
 



 

 

Avec l'appui du Centre tchèque de Paris et l'Institut Polonais de Paris

Logo Centre Tchèque
 Logo Institut Polonais

 

 

 

 

Avec la complicité du Château royal de Blois
Logo Chateau de Blois

 

En partenariat média avec

Logo ARTELogo Le Figaro Logo Le Journal du Dimanche Logo Républicain Lorrain
Logo France Bleu Logo France Culture