Français

Wish Tree

ExpositionsWish Tree

Du 5 février au 27 avril 2015

Lieu(x) : Forum
Catégorie : Expositions
Discipline : Installation
Public : Tout âge
Auteur : Yoko Ono

Les Wish Trees de Yoko Ono portent leur message collectif de paix, de désir et d’espoir dans le Forum du Centre Pompidou-Metz.

Installation poétique de Yoko Ono, Wish Tree est le titre d’une série d’œuvres créées par Yoko Ono à partir des années 1990, utilisant des arbres comme éléments et piliers de son projet conceptuel. L’œuvre d’art pour Yoko Ono doit créer du désir et susciter l’investissement du spectateur : « Toutes mes œuvres sont une forme de souhait. Continuer de souhaiter tout en participant. » Elle raconte souvent comment, lorsqu’elle était enfant au Japon, elle écrivait ses souhaits sur des petits bouts de papier qu’elle accrochait ensuite aux branches des arbres dans la cour des temples. Yoko Ono invite ainsi le public à prendre part à l’édification de l’œuvre, en émettant un souhait et en voulant faire ce voeu, en identifiant nos désirs et en osant les écrire sur de petits morceaux de papier. Wish Tree est une invitation à méditer sur le sens de la vie et l’importance de l’espoir, du désir, de l’échange. Conviés à laisser une trace, des mots, leurs empreintes sur les petites étiquettes vierges qui seront accrochées aux arbres du Wish Tree, les visiteurs deviennent de façon plus métaphoriques les acteurs d’un élan collectif.

Les souhaits ainsi collectés par Yoko Ono – dont le nombre s’élève aujourd’hui à plus d’un million ! – sont ensuite conservés sur le site de l’Imagine Peace Tower, créée par Yoko Ono en 2007 en mémoire de John Lennon, faisceau de lumière et d’espoir illuminant le ciel sur l’île de Viðey, à Reykjavík, en Islande.

L’engagement de Yoko Ono pour la paix a toujours constitué un élément fondateur de son oeuvre. Ses tout premiers travaux portaient sur les thèmes de l’imagination et des actions pour la paix. À Londres en 1966, au festival DIAS (« Destruction In Art Symposium »), elle se livre à la performance Shadow Piece, dans une cour bombardée durant la Seconde Guerre mondiale. Elle y trace les ombres des participants, en mémoire des horreurs du bombardement de Tokyo, qui a tout juste laissé les ombres des victimes gravées dans le bitume. Acorn Event, 1968, est le fruit de sa première collaboration avec John Lennon. Elle signe ainsi un véritable manifeste pour la paix à travers la rencontre entre le Levant et le Couchant. L’événement faisait partie de la « National Sculpture Exhibition », qui se tenait dans les jardins de la cathédrale de Coventry. Renonçant à toute idée de monumentalité et de spectaculaire, Yoko Ono et John Lennon créent une sculpture en gestation, en plantant deux glands de chêne, l’un orienté vers l’est, l’autre vers l’ouest, l’union de l’Orient et de l’Occident, leur désir de paix entre les deux hémisphères et la nécessité d’une prise de conscience écologique.

Après leur mariage en 1969, Yoko Ono et John Lennon décident de faire de leur lune de miel un événement public consacré à la paix, le Bed-In, en pleine guerre du Viêtnam, faisant résonner l’hymne pacifiste Give Peace A Chance. Tout en s’inscrivant dans la tradition de la résistance passive d’un Martin Luther King ou d’un Gandhi, Yoko Ono y met en avant toute la dimension conceptuelle de cette performance questionnant les notions d’identité et d’intimité, d’espace et de temps. Le 15 décembre 1969, ils lancent une campagne publicitaire internationale en faveur de la paix dans douze villes du monde « LA GUERRE EST FINIE. Si vous le voulez. Joyeux Noël de la part de John et Yoko. », suivie par l’invention d’une nation vivant selon les modèles établis par la chanson « Imagine », le 1er avril 1973, NUTOPIA, « un pays conceptuel n’ayant ni territoire, ni frontières ni passeports, seulement un peuple. Un pays qui appartient à tout le monde ».

Artiste et musicienne ayant ouvert de nouvelles possibilités d’expression poétique, conceptuelle et politique, Yoko Ono est née en 1933 dans une famille aisée de Tokyo. Elle s’intéresse à l’art et à la musique dès son plus jeune âge. À New York, où la famille émigre en 1952, elle étudie au Sarah Lawrence College la poésie, la musique et la composition. Elle rencontre Edgar Varèse, Morton Feldman et John Cage dès la fin des années 1950 et pénètre le monde de l’avant-garde musicale avec son premier mari, Toshi Ichiyanagi, un jeune compositeur japonais. Elle participe activement au mouvement Fluxus, créé en 1961 à l’initiative de George Maciunas, qui rassemble une communauté fluctuante et éclectique d’artistes vivant aux États-Unis, en Allemagne ou au Japon.

Son œuvre est célébrée dans les musées du monde entier, notamment lors de sa rétrospective Yes Yoko Ono au Japon et en Amérique du Nord en 2000. Elle est récompensée en 2009 par le Lyon d’Or de la Biennale de Venise. En mai 2015, le Museum of Modern Art de New York lui consacre une importante monographie.

Avec le soutien de la Ville de Metz.