Français

Un Homme debout

Spectacles vivantsUn Homme debout

Vendredi 03 février 2012 à 21h45

Lieu(x) : Studio
Catégorie : Spectacles vivants
Discipline : Theatre
Tarif : 15 € / 10 € pour l’ensemble de la soirée Jean de Pange
Public : Tout âge
Durée : 90'
Auteur : Jean-Michel Van Den Eeyden, Jean-Marc Mahy

Studio 57 - Jean de Pange

La prison est un lien direct avec la violence et la souffrance de notre société et du monde. Les détenus sont des gens comme tout un chacun. Sauf qu’à un moment donné, leur vie a basculé dans la transgression et l’illégalité.
Dans une forme proche de la performance (où le filtre du personnage n’existe pas), le metteur en scène Jean-Michel Van den Eeyden offre ici une autre dimension à cette parole singulière et généreuse, en lui adjoignant d’autres points de vue et regards, grâce au travail du vidéaste flamand Kurt d’Haeseleer.
Cet homme sur scène est Jean-Marc Mahy, un ex-détenu qui fait revivre ses souvenirs devant les spectateurs, dénonçant l’univers carcéral et laissant entrevoir l’espoir d’une réinsertion.

Rencontre avec l’équipe artistique après le spectacle.

Critiques :
« Avec un feu troublant dans le regard, Jean-Marc Mahy captive les spectateurs, adolescents en premier, pour une immersion en enfer dont on ne revient pas intact. » Le Soir

Jean-Michel Van Den Eeyden

Directeur artistique de L’Ancre depuis février 2008, âgé de 37 ans, Jean-Michel Van den Eeyden est diplômé du Conservatoire Royal de Liège. Il signe sa première mise en scène en 2005 avec Stone. En 2006, il met en scène Push Up de Roland Schimmelpfennig, dans le cadre du Kollectif Cie Barakha.

Pédagogue et acteur culturel de terrain, il dirige des ateliers pour adolescents et adultes. Dans ce même cadre, il est chargé par le CGRI, en tant que pédagogue invité à l’Ecole Nationale d’Art Dramatique du Maroc, de collaborer au développement du théâtre jeune public dans ce pays. En 2007, il crée en 2009 Mère-Sauvage d’après la nouvelle éponyme de Guy de Maupassant dans une adaptation de Paul Pourveur.

Son travail de metteur en scène est axé sur l’acteur et son imaginaire. Les interprètes et leurs propositions scéniques ont une place centrale dans son processus créatif. Ils en sont la matière première, Jean-Michel Van Den Eeyden développe sa recherche artistique et pédagogique en considérant le corps de l’acteur comme véhicule de sens.

Jean-Marc Mahy :

Jean-Marc Mahy a passé dix-neuf ans en prison : un jour, la petite délinquance de l’adolescent a tourné à la tragédie et par deux fois la mort fut au rendez-vous. Soucieux de désamorcer la fascination de certains jeunes devant l’image de durs qui colle à la peau de ceux qui sont par la prison, il n’a de cesse de témoigner de son parcours.
« Les détenus eux-mêmes doutent qu’il soit possible de s’intégrer dans une société que l’on a quittée il y a si longtemps. Il est possible de trouver une autre issue que la récidive. Seulement, cela se prépare. Il faut y penser longtemps avant de pouvoir sortir. Il faut se former, réfléchir à ce que l’on veut faire ».
Par ailleurs, Jean-Marc Mahy a décroché un diplôme d’éducateur. Il veut empêcher les jeunes en difficulté de tomber au fond du trou. Pour cela, il témoigne dans des écoles, des maisons de jeunes... « Je paie le solde de ma dette. »

En partenariat avec l’Université de Lorraine et la Maison d’arrêt de Metz-Queuleu.

Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International et de Wallonie-Bruxelles Théâtre.

Auteur : Jean-Michel Van den Eeyden d’après le récit de vie de Jean-Marc Mahy
Metteur en scène : Jean-Michel Van den Eeyden
Comédien : Jean-Marc Mahy
Assistanat à la mise en scène et à l’écriture : Nicolas Mispelaere
Création vidéo : Kurt D’Haeseleer
Création lumières : Calogero La Verde
Création son : Nicolas Mispelaere
Régie : Abdel Bellabiad
Réalisation scénographique : Jean-Luc Moerman
Conception décors : Jean-Luc Moerman et Olivier Donnet
Travail graphique/décors : Luciana Santin Poletto
Accompagnement psychologique de l’acteur : Françoise Derot
Production : Théâtre L’Ancre (Charleroi) en coproduction avec le Théâtre national de la Communauté française Wallonie-Bruxelles et la Maison de la Culture de Tournai ainsi que le soutien de La Cité, de la Maison de Théâtre & Compagnie (Marseille)
Remerciements GSARA, le B.P.S.22., Le Théâtre de la Guimbarde.