Français

Tania Mouraud. Une rétrospective

ExpositionsTania Mouraud. Une rétrospective

Du 4 mars au 5 octobre 2015 - Galerie 2 du Centre Pompidou-Metz
Du 27 juin au 5 octobre 2015 - Au Centre Pompidou-Metz et dans 9 lieux de la ville de Metz

Lieu(x) : Galerie 2
Catégorie : Expositions
Public : Tout âge

En 2015, le Centre Pompidou-Metz présente, en partenariat avec neuf lieux de la ville de Metz, la première exposition monographique d’envergure dédiée à l'artiste française Tania Mouraud.

Débutant le 4 mars 2015 au Centre Pompidou-Metz, pensé à l'échelle de la ville et de son agglomération, l'événement prend toute son ampleur à partir du 27 juin 2015, offrant ainsi une rétrospective sans précédent dans sa forme et inédite dans son déploiement.

Artiste refusant tout rattachement à un courant ou à un dogme, Tania Mouraud n’a cessé de faire évoluer son œuvre depuis la fin des années 1960, explorant alternativement toutes sortes de disciplines — peinture, installation, photographie, performance, vidéo, son — autour d'un principe constant : interroger les rapports entre l’art et les liens sociaux. Elle propose ainsi de rajouter dans les habitations standardisées une chambre de méditation (1968). Elle affiche dans l’espace public sur les panneaux 4 x 3 m son désaccord avec une société glorifiant l’avoir au dépend de l’humain (1977). Elle réfléchit aux rapports esthétiques entre l’art et la guerre, et se penche avec l’aide de l’écriture sur les limites de la perception, en créant des « mots de forme »* (1989). À partir de 1998, elle se sert de la photographie, de la vidéo et du son en lien étroit avec la peinture pour questionner différents aspects de l’histoire et du vivant.

* Elisabeth Lebovici, « Tania Mouraud, mots de formes », Libération, 19 novembre 1992

Un catalogue accompagne l’exposition (parution avril 2015). Il constitue une monographie de référence sur l’artiste, faisant une large place à ses écrits et incluant des documents inédits.

La rétrospective est réalisée avec la contribution de l’École Supérieure d’Art de Lorraine.

Commissaires :
Hélène Guenin, Responsable du pôle programmation, Centre Pompidou-Metz
Élodie Stroecken, Chargée de coordination du pôle programmation, Centre Pompidou-Metz

LA RÉTROSPECTIVE AU CENTRE POMPIDOU-METZ

Déployée sur les 1100 m2 de la Galerie 2 du Centre Pompidou-Metz, la première partie de la rétrospective parcourt l’ensemble de la carrière de Tania Mouraud, depuis l’acte de l’autodafé de 1968, qui met fin à ses premières années de pratique picturale, pour laisser place à ses espaces d’initiation et de méditation des années 1970, jusqu’à ses œuvres les plus actuelles. Elle met ainsi en lumière un parcours sans concession, à la fois rythmé par les rencontres de l'artiste avec des figures tutélaires de l’histoire de l’art contemporain, mais aussi par son histoire personnelle.

À travers plus de 70 œuvres, dont certaines sont issues de la collection personnelle de l'artiste, la sélection dévoile un portrait engagé de Tania Mouraud. Nombre de pièces historiques sont réactivées pour l’occasion.

Une attention particulière est portée aux chambres de méditation et aux photo-textes ou travaux sur le langage des années 1970, œuvres emblématiques du travail de Tania Mouraud. L’exposition présente pour la toute première fois l’ensemble de ses espaces d’initiation de manière exhaustive. La première chambre de méditation, One more night (1970), réalisée initialement dans le cadre de l’exposition éponyme à la galerie Rive Droite de Jean Larcade, à Paris, fait l’objet d’une reconstitution exceptionnelle.

AD NAUSEAM, installation audiovisuelle monumentale présentée au MAC/VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne du 20 septembre 2014 au 25 janvier 2015, est également montrée dans une version adaptée au contexte de la rétrospective. Cette pièce majeure de Tania Mouraud a été coproduite par l’Ircam (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) dans le cadre d’une résidence de l’artiste entre 2013 et 2014.

INTRODUCTION

Le parcours de l’exposition s’ouvre avec l’image forte de l’autodafé par lequel, en 1968, Tania Mouraud met fin de manière radicale à la pratique picturale qu’elle a menée jusqu’alors. À cet acte de destruction répondent deux œuvres fondatrices : Infini au carré, monochrome blanc, en formica, de grandes dimensions, et Totémisation, volume-sculpture pensé par l’artiste à partir de l’échelle de son propre corps. Ces œuvres incarnent le renouveau formel et spirituel que Tania Mouraud va insuffler à la suite de son parcours. Présentées pour la toute première fois au sein d’une institution muséale, elles sont spécialement réactivées pour l’occasion.

1. « UN SUPPLÉMENT D’ESPACE POUR UN SUPPLÉMENT D’ÂME »

Les œuvres précédemment citées introduisent une période brève mais extrêmement fertile du travail de Tania Mouraud, qui se focalise sur la recherche d’« un supplément d’espace pour un supplément d’âme ». Ce sont les chambres de méditation et les espaces d’initiation, qu’elle se propose d’ajouter au coeur des appartements standardisés des années 1960-70. Cette aspiration à un art de l’espace et de l’environnement, alors relativement inédit sur la scène européenne, connaît parallèlement des développements aux États-Unis (Doug Wheeler, James Turell, Dan Graham, etc.). Chez Tania Mouraud, la création d’« une chambre à soi » manifeste une réflexion d’ordre philosophique sur l’identité et le rapport au monde.

Un travail sur le son accompagne la réalisation de certaines des chambres et donne lieu à des créations ou collaborations avec des compositeurs comme Éliane Radigue, Terry Riley, La Monte Young ou Pandit Prân Nath.

2. LES GENS M'APPELLENT TANIA MOURAUD

Cette interrogation sur l’identité, la conscience de soi, la place de l’individu dans le cosmos, trouve son prolongement dans des séries de photo-textes et de photographies sur film héliographique, certains prenant la forme de mandalas bouddhistes. La réflexion de Tania Mouraud se déplace ensuite progressivement du sujet vers l’objet, du cosmologique vers le tangible, pour aboutir enfin à la pure question du langage et de la perception.

3. LA FONCTION DE L'ART

« Par mon travail, je montre que la philosophie et l’art devraient et pourraient fusionner pour nous faire progresser sur le chemin de la connaissance. »

Tania Mouraud poursuit ses investigations sur la perception en concentrant ses recherches sur la linguistique et la phénoménologie de la perception – notamment sur les notions d’immédiat et de différé. Les mots deviennent l’outil et la forme matérialisant sa pensée.

L’artiste déploie ces mots sur de la bâche en polyéthylène – matériau pauvre, usuel, renvoyant à l’univers du BTP –, avant d’agrandir chaque lettre jusqu’à l’abstraction, explorant ainsi le potentiel plastique de l’écriture plus que son déchiffrage, de sorte à la rendre autonome.

Elle inaugure ensuite avec les « BLACK POWER » une série de tableaux-reliefs à l’esthétique artisanale, se revendiquant davantage de l’univers du peintre en bâtiment que de l’esthétique lisse en vigueur chez les artistes de l’art conceptuel.

4. PERCEVOIRDISCERNERIDENTIFIERRECONNAÎTRE 

City Performance n°1 marque un tournant significatif dans le travail de Tania Mouraud. À la fin de l’année 1977, 54 affiches faisant apparaître le mot « NI » sont placardées sur les panneaux publicitaires Dauphin dans cinq arrondissements du nord et de l’est parisiens pendant quinze jours. Paradoxe subversif d’un langage sans message, le « NI » est une « prise de position anonyme. Négation ultime, vérité absolue, disjoncteur universel utilisé par les logiciens occidentaux et les sages orientaux. ».

Cette campagne aura un grand retentissement et inaugurera des axes majeurs dans le travail de l’artiste : le retour à une certaine monumentalité, la révélation de la plasticité du langage et l’exploration de l’espace public.

Avec ce « NI » contestataire, l’artiste abandonne également son approche purement philosophique et linguistique pour un contenu désormais plus politique. Les phrases qu’elle emploie évitent cependant l’écueil de la littéralité ou de l’actualité et demeurent, par l’abstraction de leur représentation, des protestations « à bruit secret ».

5. LE SILENCE DES HÉROS

Cette section de l’exposition ouvre une autre dimension du travail de Tania Mouraud : le rapport à l’Histoire et à ses silences que l’on retrouve à travers plusieurs pièces – wallpaintings, photographies ou vidéos. Sightseeing, réalisée en 2002, est l’une des premières œuvres qui se réfère ostensiblement, par une évocation pudique et sobre, aux camps d’extermination et au drame de la Shoah.

Tania Mouraud s’est également emparée depuis les années 1990 des registres de signes et symboles conçus par la société pour commémorer des événements et en célébrer les héros : bannières, médailles, décorations..., dont elle exploite les potentialités plastiques et cognitives.

6. AD NAUSEAM

Depuis l’autodafé de 1968 et les chambres de méditation, l’artiste explore les paradoxes primordiaux à l’œuvre dans l’existence : l’ordre et le chaos, la plénitude et la fureur, la sérénité et la terreur, la création et la disparition. Au fil des années, et notamment grâce à l’utilisation de la vidéo, ces thématiques ont pris une place prépondérante dans ses réflexions. Le formalisme a peu à peu volé en éclat pour laisser place à une dimension plus émotionnelle et sensible de l’œuvre, exprimant plus directement la force de ces paradoxes.

Ces aspects se déploient désormais pleinement dans les différents registres de son travail et trouvent une forme d’accomplissement dans l’installation audiovisuelle AD NAUSEAM.

LE PARCOURS DANS LA VILLE

Télécharger le plan du parcours

À partir du 27 juin 2015, la rétrospective se poursuit sous la forme d’un parcours dans neuf lieux et institutions partenaires présentant divers aspects de l’oeuvre de Tania Mouraud, qui viennent compléter l’exposition du Centre Pompidou-Metz. Cet itinéraire à travers la ville de Metz mène le visiteur à la Galerie d'Exposition de l’Arsenal, la Chapelle des Templiers, Saint-Pierre-aux-Nonnains, Faux Mouvement – Centre d’art contemporain, au 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine, au Musée de La Cour d’Or – Metz Métropole, aux galeries Toutouchic et Octave Cowbell, devant les vitrines du magasin Galeries Lafayette ainsi qu’à travers l’espace urbain, afin de dévoiler des œuvres emblématiques de l’artiste. Dans le cadre d’une collaboration d’une durée d’un an, des ateliers sont également proposés aux étudiants de l’École Supérieure d’Art de Lorraine en présence de l’artiste.

Depuis le milieu des années 1990, le parcours de Tania Mouraud est étroitement lié à la ville de Metz, grâce au soutien régulier du 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine, qui achète en 1995 l’œuvre anthologique de la fin des années 1970 intitulée City Performance N°1, consistant en une campagne d’affichage faisant apparaître le mot « NI » sur 54 panneaux publicitaires de 4 x 3 m dans Paris, puis qui initie le projet monumental HCYS? en 2005, installé sur un mur aveugle du Musée de La Cour d’Or. À l’occasion de l’exposition Tania Mouraud. Une rétrospective, la campagne d’affichage City Performance N°1 est réactivée dans l’ensemble de l’agglomération messine pendant une semaine.

49 NORD 6 EST – FRAC LORRAINE

Installé dans le coeur historique de Metz, édifice du xiie siècle, le Fonds régional d’art contemporain de Lorraine initie en ce lieu exceptionnel tous les publics à de nombreuses expériences artistiques : expositions thématiques croisant conférenciers et autres passeurs d’idées avec des musiciens, danseurs... Dans cette logique pluridisciplinaire, le Frac tisse une relation privilégiée avec l’écriture et organise régulièrement des temps de résidence (critiques d’art, historiens de l’art, philosophes, écrivains…) : une initiative qui permet de stimuler et d’encourager le développement d’une pensée connectée aux enjeux de notre époque.
L’ensemble des réflexions et actions menées par le Frac se reflète sur l’ensemble de son territoire et dans sa collection. Déclinée le plus souvent sous forme immatérielle et au féminin, elle est ouverte à la performance, à la danse...
Véritable miroir d’une société en mutation, elle invite le public à rêver le monde dans lequel il vit, via un mode collectif et participatif.

HCYS ? Œuvre in situ
1 bis, rue des Trinitaires
Entrée libre sur rendez-vous
+33(0)3 87 74 20 02
info@fraclorraine.org

L'ARSENAL – GALERIE D’EXPOSITION, SAINT-PIERRE-AUX-NONNAINS ET LA CHAPELLE DES TEMPLIERS

Lieu de concerts dédié avant tout aux musiques symphoniques et baroques, l’Arsenal est également ouvert aux autres genres musicaux et à la danse. Il s’illustre aussi largement dans les arts plastiques grâce à sa Galerie d’Exposition nouvellement reconfigurée.
La richesse du paysage régional et frontalier de l’art moderne et contemporain a conduit l’Arsenal à préciser sa ligne de conduite dans le domaine des arts visuels. Ainsi, depuis 2009, la Galerie d’Exposition de l’Arsenal est entièrement dédiée à la photographie. Elle est devenue un lieu de référence avec un rythme de cinq ou six expositions par saison, en lien étroit avec l’offre des différents partenaires présents sur le territoire. La programmation est guidée par la volonté de rendre compte des multiples facettes de cette discipline artistique, de la photographie plasticienne au photojournalisme, qu’il s’agisse de photographes français ou internationaux, de jeunes photographes ou d’artistes confirmés.

L’EPCC – Metz en Scènes, qui regroupe l’Arsenal, Les Trinitaires et la BAM, a été créé en 2009, à l’initiative de la Ville de Metz et de la Région Lorraine.

GALERIE DE L’ARSENAL
Photographies et vidéos
3, avenue Ney
Entrée libre
MAR. ➔ DIM. 14:00 ➔ 19:00
À partir du 29.08 : 13:00 ➔ 18:00

CHAPELLE DES TEMPLIERS
Myriam Hamagdalit, installation sonore
Entrée libre
MAR.
DIM. 14:00 19:00

ÉGLISE SAINT-PIERRE-AUX-NONNAINS
Ad Infinitum Installation vidéo et sonore
Entrée libre
MAR.
DIM. 14:00 19:00

MUSÉE DE LA COUR D’OR – METZ MÉTROPOLE

Au cœur du centre historique de Metz depuis 1839, le Musée de La Cour d’Or – Metz Métropole retrace l’histoire de la ville et de ses environs de l’Antiquité gallo-romaine à nos jours, à travers des collections pluridisciplinaires : archéologie, histoire, architecture et beaux arts.
Les thermes antiques découverts in situ en 1932 servent de cadre à la présentation de la vie quotidienne en Gaule romaine ; ils côtoient également de remarquables stèles funéraires et oeuvres sculptées. Plusieurs ensembles exceptionnels témoignent du rayonnement de Metz à l’époque médiévale : tombes mérovingiennes, sarcophage de Louis Le Pieux, chancel de l’église Saint-Pierre-aux-Nonnains et rares plafonds en bois peint. La statuaire religieuse du Moyen-Âge est présentée dans l’imposant grenier de Chèvremont, ancienne réserve à grains de la ville construite au xve siècle et classée au titre des Monuments historiques.
Les collections de peintures offrent un panorama des écoles européennes de la Renaissance au XIXe siècle. Elles privilégient les grands artistes originaires de Metz (François de Nomé, Poerson, Le Prince), les peintres de l’« École de Metz » (XIXe siècle) et un ensemble consacré à l’abstraction de la seconde École de Paris (1940-1980).

5892, Once Upon a Time, La Curée. Installations vidéo et sonores
2, rue du Haut Poirier
LUN. + MER. ➔ DIM. 9:00 ➔ 12:00 + 13:45 ➔ 17:00
Fermé 14.07 | Tarif : 5€/3€

CENTRE D'ART CONTEMPORAIN FAUX MOUVEMENT

Faux Mouvement est un centre d’art contemporain installé à Metz depuis 1983. Le centre dispose d’un espace d’exposition de 350 m², 4 rue du Change, dans le prolongement de la place Saint-Louis. La programmation compte en moyenne six expositions par an, conçues spécifiquement pour ce lieu, et portant pour l'essentiel sur des projets monographiques.
L'équipe du centre d'art développe également son travail hors les murs sous la forme d’actions urbaines (récemment avec Bertrand Lavier et Gérard Collin-Thiébaut), d’expositions délocalisées, de résidences d’artistes, d’actions de formation et d’information en partenariat avec l’organisme de formation FAPAC (Formation des artistes et des professionnels de l'art et de la culture) et d’une participation active au programme « Nouveaux Commanditaires » piloté par la Fondation de France. Faux Mouvement a également été associé depuis peu aux recherches de laboratoires universitaires (Labex Arts H2HUniversité Paris 8). Mandaté par la ville de Metz, il s’illustre enfin dans des projets sociétaux avec des établissements scolaires, des maisons de retraite et des hôpitaux.

BLACK POWER, Peinture murale et tirages diasecs.
Travaux sur l’écriture
Place Saint-Louis – 4, rue du Change
Entrée libre
MAR.
SAM. 14:00 19:00 DIM. 15:00 18:00
et sur rendez-vous : +33(0)3 87 37 38 29

GALERIE OCTAVE COWBELL

Octave Cowbell est un lieu d'exposition associatif ayant pour objectif premier de montrer la jeune création contemporaine sous ses formes les plus diverses, en Lorraine et ailleurs.
Situé au 5, rue des Parmentiers, Octave Cowbell est un appartement ouvert aux visiteurs. On y entre par la fenêtre au moyen d'un petit escalier placé dans la rue. À l'intérieur, 25 m² blancs, éclairés au néon avec cheminée. L'association est soutenue par la DRAC Lorraine, le Conseil Régional de Lorraine, le Conseil Général de la Moselle et la Ville de Metz.

Millefeuille(s), PMU Installation
5, rue des parmentiers
Entrée libre
JEU.
SAM. 15:00 19:00
et sur rendez-vous : +33(0)6 61 62 27 79

GALERIE TOUTOUCHIC

C’est à partir de septembre 2010, à l’occasion de la Nuit blanche 3, que Vanessa Steiner et Cédric Shili réinvestissent les locaux d’un ancien toiletteur pour chien afin de créer la galerie Toutouchic, un lieu de diffusion et de valorisation de la création contemporaine axé sur les champs de l’installation et du graphisme au sens large (typographie, édition, affiche…).
La démarche de la galerie est de présenter des travaux aux accents ludiques autour de problématiques contemporaines. Les médiums utilisés, la notion de détournement de l’objet, le décalage, les rapports d’échelle sont autant de possibilités qui permettent aux spectateurs d’entrer simplement dans la démarche des artistes et d’aborder dans une deuxième lecture des problématiques plus « complexes ».

Peinture interactive
23 ter, rue de La Haye
Entrée libre
MER.
SAM. 14:00 18:00
DIM 28 JUIN 14:00 18:00
et sur rendez-vous : +33(0)6 78 47 03 57
| +33(0)6 82 47 82 87

LES VITRINES DES GALERIES LAFAYETTE

Leader du commerce de centre-ville et spécialiste de la mode, le groupe Galeries Lafayette est un groupe marchand, familial, privé, héritier de 120 ans d’une histoire bâtie dans la distribution et le commerce. Acteur engagé dans la création et employeur privé de premier plan en France avec 15 000 collaborateurs, le Groupe a pour vocation de participer au rayonnement de l’Art de Vivre à la française. Avec des ventes au détail de 3,8 milliards d’euros, le Groupe bénéficie aujourd’hui d’une reconnaissance internationale reposant sur ses marques emblématiques : Galeries Lafayette, BHV / MARAIS, Royal Quartz, Louis Pion et Didier Guérin.

ICB, Œuvre in situ
Entrée libre

L’ÉSAL

L’ÉSAL site de Metz est un établissement public qui constitue, avec l’école d’Épinal et le CEFEDEM, le seul pôle d’enseignement supérieur artistique arts plastiques-musique-danse en Lorraine. Il entretient un riche réseau de proximité, avec les institutions artistiques et culturelles locales : Centre Pompidou-Metz, Musée de l’Image d’Épinal, 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine, Centre d’art la Synagogue de Delme, galerie Octave Cowbell…
Avec plus de 160 étudiants et une équipe pédagogique constituée d’artistes, théoriciens et praticiens, il offre avec son programme Erasmus une ouverture transfrontalière, sur l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg.

La rétrospective est réalisée avec la contribution de l’École Supérieure d’Art de Lorraine.

Les étudiants ont participé à des workshops en présence de l'artiste. Une dizaine d'entre eux se sont mobilisés pour la réalisation des wall paintings et le montage de l'exposition.

 

Dans le cadre de l'exposition, l'Office de Tourisme de Metz vous propose des visites guidées.
Pour plus de renseignements, cliquez ici.

LA PROGRAMMATION CULTURELLE AUTOUR DE L'EXPOSITION

Vendredi 26 juin 2015 à 20:30
Performance
Hors les murs

iAcDeT#2
TANIA MOURAUD
Tania Mouraud improvisera en live sur une de ses vidéos avec des samples qu’elle a collectés dans ses nombreux voyages, invitant le spectateur à se confronter aux soubresauts de l’histoire.
HORS LES MURS - Les Trinitaires
45' - Entrée libre dans la limite des places disponibles

Samedi 27 et dimanche 28 juin 2015 à 10h
Atelier
COURS DE MÉDITATION
PAR LE CENTRE BOUDDHISTE KADAMPA DHARMACHAKRA DE METZ
Une séance dure environ 90 minutes et comprend : une méditation simple pour calmer l’esprit ; un enseignement proprement dit au cours duquel un thème spécifique sur la méditation ou sur la philosophie bouddhiste est développé ; une méditation guidée pour essayer d’obtenir une expérience pratique.
STUDIO
90' – Entrée libre dans la limite des places disponibles

Dimanche 28 juin 2015 à 10h30 et 11h45
Un dimanche, une œuvre
AUTOUR DE DE LA DÉCORATION À LA DÉCORATION DE TANIA MOURAUD (1994-1995)
LIEUTENANT-COLONEL RÉMI PORTE
GALERIE 2
45' - Entrée libre sur présentation d'un billet d'entrée aux expositions

Dimanche 28 juin 2015 à 14h
Performance
MÉRYLL AMPE
Sculpteur de formation et artiste sonore, Méryll Ampe établit des liens entre ces deux pratiques.
JARDIN SUD
40' – Entrée libre

Dimanche 28 juin 2015 à 15h
Performance
DAVID KRAKAUER
Clarinettiste new-yorkais, David Krakauer réinvente depuis 25 ans la musique klezmer.
GALERIE 2
60' – 15 €

Dimanche 28 juin 2015 à 16h
Performance
THE MOVEMENT OF PEOPLE WORKING
PHILL NIBLOCK
Œuvre centrale dans la carrière de Phill Niblock, cette série de films 16 mm, tournés entre 1973 et 2010 dans des zones reculées de la Chine, du Brésil, du Portugal, de l’Arctique, des Adirondacks, etc., dépeint le travail quotidien des habitants de régions rurales ou maritimes à travers les mouvements et les gestes. La répétition mécanique et naturelle des actions des travailleurs est sublimée, et accompagnée d’une musique évolutive composée de longues tonalités, en écho à la répétition presque chorégraphique des images.
STUDIO
120' – 5 €

Mercredi 8 juillet 2015 à 18h30
Conférence
LA MÉDITATION VIPASSANA « Un chemin d’accès vers le meilleur de soi »
YANN PORTE
HORS LES MURS - Faux Mouvement – Centre d'art contemporain
90'

Vendredi 18 septembre 2015 à 20h
Concert
LE CHANT DU PRINCE
RAMA VARMA
Descendant direct du Maharaja et brillant compositeur Swathi Thirunal Rama Varma, le Prince Rama Varma interprète la musique « classique » de l’Inde du Sud, la musique carnatique.
HORS LES MURS - Arsenal
90'

Vendredi 2 octobre 2015 à 19h
Performance
Hors les murs
AdMe
TANIA MOURAUD
Tania Mouraud interviendra à Faux Mouvement avec une nouvelle création sonore.
Collectant toutes sortes de sons, naturels et urbains, à travers le monde, Tania Mouraud associe Field recording et sons électroniques. Elle propose, à l'occasion d'improvisations live une immersion dans une puissante masse sonore.
HORS LES MURS - Faux Mouvement – Centre d'art contemporain
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Logo Wendel

 

Avec le soutien de

Mécènes de l'exposition Tania Mouraud

 

En partenariat média avec

Partenaires média de l'exposition Tania Mouraud