Français

Sylphides

Spectacles vivantsSylphides

Dimanche 2 février 2014 à 16h

Lieu(x) : Studio
Catégorie : Spectacles vivants
Discipline : Danse
Tarif : 10€ / 5€
(Application du tarif réduit également sur présentation d’un billet d’entrée au spectacle (M)IMOSA, Twenty Looks or Paris is Burning at The Judson Church (M) à l’Arsenal les 31.01 et 01.02.14 à 20:00, arsenal-metz.fr)
Public : Tout âge
Durée : 60'
Auteur : Cécilia Bengolea et François Chaignaud

Créatures imaginaires issues de la culture occidentale, les sylphides symbolisent le passage entre le monde des morts et celui des vivants, entre réalité et fantasme, possible et impossible. Enfermés « sous vide » dans des sacs en latex, évoluant au minimum de leurs fonctions vitales, les danseurs Cécilia Bengolea et François Chaignaud incarnent ces êtres impalpables suspendus entre la vie et la mort, dans une performance époustouflante.

Devenus chorégraphes en 2007 après un parcours d’interprètes pour Alain Buffard, Boris Charmatz ou Emmanuelle Huynh, Cecilia Bengolea et François Chaignaud appartiennent à une génération d’artistes qui se passionne pour les pratiques corporelles les plus interlopes comme les plus académiques : hula-hoop, strip-tease, street-dance ou voguing côtoient chez ces artistes art du ballet, danse anthropologique ou danses expressionnistes des années 1930, parallèlement à l’étude d’ouvrages historiques. C’est sans doute cette curiosité extrême qui a poussé ce tandem à expérimenter un dispositif aussi contraignant que celui de Sylphides (2009).

Suscitant l’engouement littéraire au XVIIIe siècle puis un vif intérêt chorégraphique au XIXe siècle, la figure de la sylphide apparaît, aujourd’hui encore, à la fois comme une énigme et une clé de notre existence. En soulevant la question de la matérialité du corps et de l’enveloppe charnelle, de la vie après la mort et du rapport que l’on entretient avec les défunts, les sylphides interrogent certains des grands invariants de la pensée occidentale : le rationalisme, le dualisme, la linéarité du temps…
Entre rite funéraire et amphidromie (fête de la naissance), Sylphides se présente comme une tentative littérale de réincarnation. Grâce à un dispositif permettant de faire l’expérience de la suspension des fonctions vitales, à la limite de l’asphyxie, les danseurs cherchent à accéder à une nouvelle compréhension du corps, de son possible anéantissement et de sa renaissance.

En partenariat avec le Frac Lorraine et l’Arsenal-EPCC Metz en Scènes.