Français

Sol LeWitt et la fille de Dibutade

Rencontres / conférencesSol LeWitt et la fille de Dibutade

Mercredi 17 avril 2013 à 19h30

Lieu(x) : Auditorium Wendel
Catégorie : Rencontres / conférences
Discipline : Conference
Tarif : 5 €
Public : Tout âge
Durée : 60'
Auteur : Didier Semin

En italien, disegno signifie aussi bien "idée, intention, projet", que "transcription" ou "invention d’une forme" par le trait. La langue française, en important l'italien, a fini par distinguer dessein et dessin, retirant en somme à l'art du dessin sa dimension essentiellement mentale et fondamentalement abstraite. Mais ce que notre époque a appelé art conceptuel est bien une variante de l'art du dessin, et Sol Le Witt est un héritier légitime de la fille de Dibutade, cette jeune femme dont Pline l'Ancien raconte qu'elle inventa le dessin, en traçant au mur le contour de l'ombre portée de son fiancé, pour mieux garder son image en mémoire.

Didier Semin est enseignant au Département des enseignements théoriques/Histoire et théorie de l’art moderne et contemporain à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Conservateur au musée des Sables-d’Olonne, au Musée d’art moderne de la Ville de Paris et enfin au Centre Pompidou jusqu’en 1998, il a assuré le commissariat de nombreuses expositions, notamment : Sophie Taeuber (Musée d’art moderne de la Ville de Paris), Martial Raysse (Galerie nationale du Jeu de Paume), Wolfgang Laib, et a cosigné avec Georges Didi-Huberman l’exposition L’Empreinte au Centre Pompidou en 1997. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages : L’Arte Povera (Centre Pompidou, 1992) ; Le Peintre et son modèle déposé (Mamco, 2001) ; Le Sablier de Penone (L’Échoppe, 2005), et Grenouillages (Brisset, Goya, Lavater) (L’Échoppe, 2007). Une partie des articles qu’il a publiés depuis une vingtaine d’années a été reprise dans un recueil intitulé La Piste du hérisson (éditions Jacqueline Chambon, 2004).