Français

Sol LeWitt. Dessins muraux de 1968 à 2007

ExpositionsSol LeWitt. Dessins muraux de 1968 à 2007

Jusqu'au 12 août 2013

Lieu(x) : Galerie 2
Catégorie : Expositions
Public : Tout âge

Le Centre Pompidou-Metz présente une rétrospective sans précédent en Europe de l’artiste conceptuel américain Sol LeWitt (1928-2007).

Le Centre Pompidou-Metz met à l’honneur l’artiste conceptuel américain Sol LeWitt (1928-2007) en lui dédiant un projet inédit. En Galerie 2, sur une superficie de 1 200 m2, est présentée une rétrospective des wall drawings (dessins muraux) de Sol LeWitt d’une envergure sans précédent en Europe : avec ses trente-trois oeuvres murales, parcourant la carrière de l’artiste de ses débuts à ses dernières réalisations, l’exposition du Centre Pompidou-Metz propose l’ensemble de wall drawings le plus important jamais présenté en Europe.

Choisis parmi les 1 200 wall drawings créés par l’artiste entre 1968 et 2007, les dessins sélectionnés reflètent tout à la fois l’extraordinaire cohérence de ses explorations systématiques (séries et combinaisons rigoureuses d’éléments géométriques) et l’étonnante diversité de sa pratique, aussi bien dans l’évolution des formes (de figures géométriques simples à ses « formes complexes » ou « continues ») que des matériaux utilisés (crayon à mine, pastel gras, lavis d’encre, peinture acrylique et graphite).

À la faveur d’un partenariat exceptionnel avec des écoles d’art et d’architecture du Grand Est, la réalisation des wall drawings au Centre Pompidou-Metz illustre parfaitement le principe de collaboration au coeur de la pratique de l’artiste.

En coopération avec le Centre Pompidou-Metz, un pendant chromatique de la rétrospective en noir et blanc est organisé par le M-Museum de Leuven (Louvain), Belgique, qui a présenté du 21 juin au 14 octobre 2012 une vingtaine de dessins muraux en couleur.

En 2013, le Centre Pompidou-Metz présente Sol LeWitt collectionneur. Un artiste et ses artistes. Ce second volet permet de refléter l’extraordinaire carrière de LeWitt non seulement en tant qu’artiste prolifique mais également en tant que collectionneur insatiable. La sélection d'une centaine d'œuvres présentée au Centre Pompidou-Metz constitue la première grande exposition en Europe de la Collection LeWitt.

Commissaire :
Béatrice Gross, commissaire et critique d’art indépendante, New York

La pratique du dessin mural

S’ils rappellent la tradition des fresques de la Renaissance italienne, les wall drawings de Sol LeWitt marquent, dès la fin des années 1960, une évolution décisive dans l'histoire du dessin et de l’art. Traduisant des processus mentaux (thought processes) conçus au préalable par l’artiste, les dessins muraux sont ensuite exécutés directement sur les murs à l’échelle du lieu d’accueil. Les dessins muraux réalisés  existent le temps de l’exposition ; ils sont ensuite détruits, conférant ainsi à l’oeuvre une dimension éphémère.

La grande majorité des dessins furent conçus pour être effectués par d’autres que l’artiste : assistants professionnels habilités par l'atelier LeWitt et dessinateurs débutants sont invités à suivre rigoureusement les instructions et diagrammes mis au point par LeWitt. Comme énoncé par l’artiste dès 1967, l’idée et le concept priment sur l’exécution. À l’instar de musiciens interprétant une partition, les dessinateurs exécutent ainsi à leur manière les formules géométriques indiquées par LeWitt, dans le respect de l’oeuvre énoncée.

Les dessins muraux de LeWitt sont fondés sur :

  • des formes géométriques élémentaires : ligne droite ou non droite, ligne brisée, carré, grille, arc, cercle…
  • des formes plus irrégulières et complexes telles les courbes, les boucles, et une évolution du traitement avec l’emploi du crayon à mine, du pastel gras, de l’encre de Chine, de la peinture acrylique ou encore du graphite.
Le parti pris du noir et blanc

Présenter trente-trois dessins muraux de Sol LeWitt uniquement en noir et blanc est le parti pris adopté par le Centre Pompidou-Metz. Ce choix confère à l’exposition un impact visuel fort. Selon les matériaux et techniques employés, le contraste puissant entre le noir et le blanc, ou plus nuancé entre les différentes tonalités de gris soulignent les effets optiques qui animent les oeuvres sélectionnées, de la vibration subtile de lignes au crayon à mine, à la cadence soutenue d’aplats noir et blanc à l’acrylique, en passant par les douces variations de lavis d’encre.

Une exposition en partenariat avec les écoles d’art du Grand Est

La réalisation des dessins muraux au Centre Pompidou-Metz a été l’occasion d’une expérience pédagogique exceptionnelle et inédite, rassemblant aux côtés de dessinateurs professionnels de l'atelier LeWitt de jeunes artistes et étudiants du Grand Est.


La réalisation des dessins muraux ont associé :

  • 65 étudiants issus de 4 écoles : l’École supérieure d’art de Lorraine, Metz-Épinal, l'ENSarchitecture de Nancy, l’École nationale supérieure d’art de Nancy, l'ESAD de Reims/École supérieure d’Art et de Design ;
  • 13 jeunes artistes diplômés ;
  • 7 assistants professionnels.

Pour chaque dessin mural des équipes se sont constituées autour d’un assistant professionnel qui a ainsi encadré les étudiants et jeunes artistes pendant la durée totale d’exécution du dessin et a cherché, si le degré de difficulté du dessin le permettait, à les laisser en réaliser de manière autonome. Les étudiants avaient deux types de responsabilités : la préparation des outils de travail et l’exécution stricto sensu des dessins conformément aux indications de l’artiste.

Une exposition réalisée en étroite collaboration la Collection LeWitt
L’exposition Sol LeWitt. Dessins muraux de 1968 à 2007 présentée en Galerie 2 du Centre Pompidou-Metz a été conçue et réalisée en étroite collaboration avec la Collection LeWitt (Chester, Connecticut).

Publication

À l’occasion de cette exposition, le Centre Pompidou-Metz publiera en deux versions, française et anglaise, un catalogue de 326 pages destiné à devenir un ouvrage de référence sur Sol LeWitt, les précédentes éditions sur l’artiste étant pour la plupart épuisées.

Sol LeWitt
Catalogue sous la direction de Béatrice Gross
Éditions du Centre Pompidou-Metz
En partenariat avec M-Museum de Leuven (Louvain), Belgique
Parution : novembre 2012
226 pages, 25 x 28,8 cm, relié, 39 euros
Quatre modèles de couvertures disponibles : bleu, rouge, jaune et noir (la diffusion de ces quatre versions, déclinant les couleurs primaires utilisées par Sol LeWitt, obéit aux hasards et aléas de la distribution de l’ouvrage)

 

 
Présentation de l'oeuvre et du parcours de Sol LeWitt

Sol LeWitt (1928-2007) est né aux États-Unis, à Hartford, Connecticut. Il étudie les beaux-arts à l’université de Syracuse (état de New York), puis à la Cartoonists and Illustrators School (aujourd’hui School of Visual Arts) à New York. Il travaille ensuite comme graphiste dans le cabinet d’architecture d’I.M. Pei, puis en tant que réceptionniste au Museum of Modern Art, où il rencontre les artistes Robert Ryman, Dan Flavin et Robert Mangold, ainsi que la critique Lucy R. Lippard. Identifié dans un premier temps à l’art minimal américain, LeWitt s’en détache rapidement pour favoriser une approche conceptuelle de la création artistique.

Si les dessins muraux constituent la pratique la plus emblématique de l’oeuvre de LeWitt (que l’artiste débute en 1968, à l’âge de 40 ans), son oeuvre inclut également des pièces en trois dimensions (nommées « structures »), des dessins sur papier, des séries photographiques, des oeuvres graphiques et des livres d’artiste. LeWitt utilise ces différents médiums comme autant d’outils pour mieux explorer ses processus mentaux.

LeWitt bénéficie de sa première exposition monographique en 1965, à la John Daniels Gallery de New York. Dès lors, son travail est inclus dans de nombreuses expositions en galeries, musées et au sein d’événements artistiques internationaux.

 

« FAIRE DES DESSINS MURAUX », 1971, écrit de Sol LeWitt

L’artiste conçoit et élabore le plan du dessin mural. Celui-ci est réalisé par des dessinateurs (l’artiste peut être son propre dessinateur) ; le plan (écrit, oral ou dessiné) est interprété par le dessinateur.
Des décisions sont prises par le dessinateur, à l’intérieur du plan, en tant que parties du plan. Chaque individu étant unique, les mêmes instructions seront comprises différemment et mises en oeuvre différemment.
L’artiste doit autoriser diverses interprétations de son plan. Le dessinateur perçoit le plan de l’artiste, puis le réorganise selon son expérience et sa compréhension propres.
Les contributions du dessinateur ne sont pas anticipées par l’artiste, même quand lui, l’artiste, est le dessinateur. Même si un seul dessinateur suivait deux fois le même plan, cela donnerait deux oeuvres d’art différentes.
Personne ne peut faire deux fois la même chose.
L’artiste et le dessinateur deviennent collaborateurs dans la fabrication de l’art.
Chaque personne trace une ligne différemment et chaque personne comprend les mots différemment.
Ni les lignes ni les mots ne sont des idées, ce sont les moyens par lesquels les idées sont transmises.
Le dessin mural est l’art de l’artiste aussi longtemps que le plan n’est pas transgressé. S’il l’est, alors le dessinateur devient l’artiste et le dessin sera son oeuvre d’art, mais cet art sera une parodie du concept original.
Le dessinateur peut commettre des erreurs en suivant le plan sans compromettre celui-ci. Tous les dessins muraux contiennent des erreurs, elles font partie de l’oeuvre.
Le plan existe en tant qu’idée mais il a besoin d’être traduit dans sa forme optimale. Les idées de dessins muraux seules contredisent l’idée de dessin mural.
Le plan explicite devra accompagner le dessin mural achevé. Ils sont d’une égale importance.

Première publication en anglais sous le titre « Doing Wall Drawings » in Art Now, vol. 3, no 2, New York, juin 1971, n. p.

Première publication en français in Mise en pièces, mise en place, mise au point, cat. exp., Chalon-sur-Saône, Maison de la culture / Dijon, Le Coin du miroir, 1981, p. 54.
Textes traduits de l’anglais par Catherine Vasseur
© LeWitt Collection, Chester, Connecticut

La programmation culturelle de l'Auditorium Wendel et du Studio

C’est autour de Sol LeWitt que s’articule le lancement de la saison 2012-2013 avec des soirées faisant écho au travail de l’artiste. « Sol LeWitt hier et aujourd’hui » : la programmation soulignera l’interaction de l’artiste avec la scène musicale sérielle et minimale des années 1960-1970 mais aussi ses liens avec la danse et la performance. Elle se prolonge par quelques dates soulignant l’influence persistante de l’artiste sur de plus jeunes générations d’artistes.

Sol LeWitt. Colors, du 21 juin au 14 octobre 2012, au M–Museum de Leuven (Louvain), Belgique

En coopération avec le Centre Pompidou-Metz, le M-Museum de Leuven (Louvain), Belgique, présente un pendant chromatique de la rétrospective en noir et blanc. Une sélection de plus de vingt dessins muraux, cette fois en couleur, reflète l’ensemble de la carrière de LeWitt des premiers dessins au crayon de couleur à ses oeuvres tardives à la peinture acrylique. Cette exposition réunit l’ensemble le plus important de dessins muraux jamais présenté en Belgique.

Les dessins muraux présentés au M sont exécutés selon les instructions précises de l’artiste par des dessinateurs habilités de l’atelier LeWitt travaillant de concert avec des jeunes artistes et étudiants des écoles belges suivantes : Hogeschool Sint-Lukas, Bruxelles ; La Cambre / École Nationale Supérieure des Arts Visuels, Bruxelles ; Koninklijke Academie voor Schone Kunsten | KASK, Gand ; Sint-Lucas Beeldende Kunst Gand ; Koninklijke Academie voor Schone Kunsten, Anvers ; et Sint Lucas, Anvers.

Commissaires Sol LeWitt. Colors
Eva Wittocx (Commissaire en chef, M-Museum, Leuven (Louvain)) et Béatrice Gross (commissaire et critique d’art indépendante, New York).

Logo M-Museum Leuven
M - Museum Leuven
L. Vanderkelenstraat 28
3000 Leuven
www.mleuven.be

Sol LeWitt. Dessins muraux de 1968 à 2007, une exposition qui s'inscrit dans le cadre de la manifestation MONO

Logo Interreg IV

     Logo MONO

Cet été, 15 institutions culturelles de Sarre, de Lorraine et du Grand-Duché de Luxembourg proposent une approche inédite de l'art moderne et contemporain avec la manifestation MONO. Du 1er juin au 2 septembre 2012, 20 monographies d'artistes modernes et contemporains sont présentées sur ce territoire.
MONO est le fruit d'une coopération entre 15 lieux ayant une programmation et une personnalité propres. Conjuguant leurs savoir-faire et leurs expériences, ils créent une nouvelle dimension consacrée à l'art moderne et contemporain.
C'est à partir de 2007, lors du projet « Luxembourg, capitale auropéenne de la culture » étendu à la Grande Région, qu'une étape décisive a été franchie. Les institutions dédiées à l'art moderne et contemporain profitent d'une situation géographique exceptionnelle, au carrefour des grands axes de communication européens Nord-Sud et Est-Ouest, pour affirmer le dynamisme et la réalité de leur réseau culturel.
C'est dans cette esprit que sont programmés 20 monographies d'artistes. Chaque institution s'empare de manière singulière de cette typologie d'exposition, dans un ensemble complémentaire.
Au-delà des oeuvres, c'est à la découverte des endroits qui les abritent que chacun est convié. La vocation de la manifestation MONO est de faire (re)découvrir des lieux d'exception qui offrent sur tout le territoire une vraie richesse culturelle. C'est pour facilité cette démarche qu'est mis en place le Passeport MONO, qui offre au public la possibilité de bénéficier de tarifs préférentiels pour visiter les expositions et donne accès gratuitement à un réseau de navettes reliant chaque samedi les différents lieux d'exposition.

Plus d'infos sur www.mono2012.eu

Arts Flanders, partenaire de MONO

En 2012, la Belgique accueille cinq expositions majeures d’art contemporain dans diverses provinces flamandes.
Visual Arts Flanders 2012 présente ainsi Beaufort04 (littoral belge), TRACK (Gand), Middelheim (Anvers), Manifesta 9 (Genk) et Newtopia (Malines). La situation géographique de ces cinq événements et l’accent commun mis sur l’art contemporain ont permis de développer une plate-forme internationale de communication qui réunit ces manifestations attrayantes en un pôle cohérent.
www.visualartsflanders.be
Logo Visual Arts Flanders