Français

Pudique Acide + Extasis

Spectacles vivantsPudique Acide + Extasis

Vendredi 9 mars 2012 à 21h

Lieu(x) : Studio
Catégorie : Spectacles vivants
Discipline : Danse
Tarif : 10€/5€ le spectacle seul ou 60 tickets couplés pour Zombie Aporia + Pudique Acide/Extasis à 15€/10€* (jauge limitée).
Public : Tout âge
Durée : 50'
Auteur : Mathilde Monnier et Jean-François Duroure

Pudique Acide a été créé en mars 1984 à New York par Mathilde Monnier et Jean-François Duroure et Extasis, un an après, en novembre 1985 à la Maison de la danse de Lyon, Le remontage inédit qu’il en propose ici s’inscrit précisément dans le désir de réappropriation et de transmission d’un matériau de création - deux nouveaux danseurs prenant la place des créateurs initiaux, les chorégraphes eux-mêmes. C’est aussi la réaffirmation d’un engagement spécifique, témoignage de folle jeunesse et d’emballement, pour exister à découvert. De fait, les deux pièces créées, la première à New York en 1984, la seconde à Lyon un an plus tard, saisissent la danse - et la figure du duo en particulier - là où se cristallisent, à l’époque, formes archétypales et interrogations nouvelles.
Conçues par ailleurs en pleine période d’abstraction américaine - inévitable héritage cunninghamien auprès des danseurs européens, les deux pièces affirment la primauté d’un corps à corps à deux comme un acte plus théâtral que simplement formaliste. Certes, la danse y est-elle exécutée sans paroles, mais son caractère foncièrement expressionniste, combatif et humoristique, fait en réalité que la danse y "parle" d’une autre façon. Les références distinctes à Kurt Weill, et à un imaginaire que les auteurs disent "espiègle", prêtent à ces actes dansés les revendications des mouvements punk et hip hop pour les traduire dans un univers bourré d’énergie.

Formée tardivement, elle l’est par Viola Farber, l’une des figures essentielles de la compagnie de Merce Cunningham. Sa collaboration avec Jean-François Duroure rencontre un fort écho dans les années 80 avec Pudique Acide, Extasis ou encore Mort de rire. Puis Mathilde Monnier devient créatrice sous son seul nom avec Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt (1988). La confrontation avec une matière autre que chorégraphique se retrouve souvent au fondement de l’écriture de la chorégraphe. C’est ainsi que danse et clarinette dialoguent dans Chinoiserie (1991) et que danse et chant se mêlent dans 2008 vallée, un spectacle pour lequel Mathilde Monnier collabore avec le chanteur Katerine. En 2010, c'est en étroite collaboration avec le peintre Dominique Figarella qu’elle signe la pièce Soapéra, puis elle rend hommage à Merce Cunningham au travers du spectacle Un américain à Paris. En 2011, Mathilde Monnier crée Nos images avec le chorégraphe Loïc Touzé et l'écrivain Tanguy Viel, une pièce autour du cinéma.
Mathilde Monnier dirige le Centre chorégraphique de Montpellier Languedoc-Roussillon depuis 1994. Elle réforme son fonctionnement en l’ouvrant à de nombreux artistes extérieurs et en y donnant une logique artistique impliquée à la formations de jeunes danseurs.

Jean-François Duroure débute la danse a 14 ans avec Dominique Bagouet puis Odile Duboc et Josette Baiz. Il entre au CNDC d’Angers à l’âge de 16 ans et devient danseur dans la compagnie de Viola Farber. Boursier du Ministère de la Culture, il étudie à New York avec Merce Cunningham.
Il crée avec Mathilde Monnier Pudique Acide et Extasis qui les propulsent sur l’orbite chorégraphie. A 19 ans, Pina Bausch l’engage au Tanztheater de Wuppertal, il devient l’interprète de son immense répertoire. Il est alors l’un des rares danseurs français à avoir été imprégné de ces deux génies de la danse. A 22 ans il crée sa propre structure et se met alors à explorer tous les champs de la création chorégraphique, et développe un enseignement personnel basé sur l’étude du mouvement, sa dynamique, sa qualité, et sur la présence scénique nécessaire, que l’on peut atteindre en relation avec tous les autres arts et notamment celui de la musique.
En 2001, il devient chorégraphe responsable des études chorégraphiques au Conservatoire Cité de la Danse et de la Musique de Strasbourg où il prône une danse de l’improvisation et de la création individuelle comme expression de l’intériorité humaine.

Extrait de Publique Acide :

 

Extrait d'Extasis :

Chorégraphie Mathilde Monnier & Jean-François Duroure
Musique Kurt Weill, Bernard Herrmann
Danse Sonia Darbois, Jonathan Pranlas
Lumière Eric Wurtz
Réalisation costumes Laurence Alquier
Coproduction de Hexe. Maison de la danse de Lyon
Remerciements institut français de Copenhague