Français

Paparazzi ! Photographes, stars et artistes

ExpositionsPaparazzi ! Photographes, stars et artistes

Du 26 février au 9 juin 2014

Lieu(x) : Galerie 3
Catégorie : Expositions
Public : Tout âge

Le Centre Pompidou-Metz consacre une exposition pluridisciplinaire sans précédent au phénomène et à l’esthétique de la photographie paparazzi à travers plus de 600 œuvres (photographies, peintures, vidéos, sculptures, installations…).

Parcourant un demi-siècle de photographies de stars, l’exposition se penche sur le métier de chasseur d’images, en abordant les rapports tout aussi complexes que passionnants qui s’établissent entre le photographe et la célébrité, jusqu’à révéler l’influence du « phénomène paparazzi » sur la photographie de mode.

En associant les grands noms de la discipline, tels Tazio Secchiaroli, Ron Galella, Pascal Rostain et Bruno Mouron, à des œuvres de Richard Avedon, Raymond Depardon, William Klein, Gerhard Richter, Cindy Sherman ou encore Andy Warhol, qui se sont interrogés sur ce mythe moderne, l’exposition Paparazzi ! Photographes, stars et artistes a pour ambition de définir les caractéristiques d’une esthétique paparazzi.

Un catalogue accompagne l’exposition.

Commissaire :
Clément Chéroux, conservateur au Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, chef de cabinet de la photographie

Commissaires associés :
Quentin Bajac, conservateur en chef de la photographie au Museum of Modern Art, New York

Sam Stourdzé, directeur du Musée de l’Elysée, Lausanne

 

Conçue et produite par le Centre Pompidou-Metz, l’exposition Paparazzi ! Photographes, stars et artistes sera présentée à la Schirn Kunsthalle de Francfort du 27 juin au 12 octobre 2014.

ARTISTES ET PHOTOGRAPHES

Paul ABASCAL, Valerio ADAMI, Daniel ANGELI, Francis APESTEGUY, Dario ARGENTO, Malin ARNESSON, Massimo ASCANI, Richard AVEDON, François-Marie BANIER, Julián BARÓN, Christophe BEAUREGARD, Martin BEHR, Otto Ludwig BETTMANN, Viktoria BINSCHTOK, Gary Lee BOAS, Jack BURLOT, Sophie CALLE, Daniel CANDE, Jean-Jacques CECCARINI, Umberto CICCONI, Pascal DANZ, Thomas DEMAND, Brian DE PALMA, Raymond DEPARDON, Dusko DESPOTOVIC, Jessica DIMMOCK, Julien DOORNAERT, RomainDUSSAULX, Brad ELTERMAN, Thierry ESCH, Malachi FARRELL, Federico FELLINI, Henry FLORES, Ron GALELLA, Philippe GARNER, Settimio GARRITTANO, Marcello GEPETTI, Michel GINFRAY, Michel GINIÈS, G.R.A.M. (Günther Holler-Schuster, Ronald Walter, Armin Ranner, Martin Behr, dits), Kathrin GÜNTER, Richard HAMILTON, Glenn HARVEY, Keith HARING, Shahrock HATAMI, Jonathan HERNÁNDEZ, Günther HOLLER-SCHÜSTER, Jonathan HOROWITZ, Alison JACKSON, Johannes KAHRS, Jean KER, William KLEIN, Barbara KRUGER, Branimic KVARTUC, Benjamin LALANDE, Jacques LANGEVIN, Vincent LEPRESLE, Christian LESEMANN, Armin LINKE, Alexi LUBOMIRSKI, Ulf LUDIN, Xavier MARTIN, Paul MC CARTHY, Jonas MEKAS, Olivier MIRGUET, Patrick MORIN, Bruno MOURON, Jérémiah PALECEK, Erik C. PENDZICH, Frank PERRIN, Jean PIGOZZI, Max PRIESTER, Barbara PROBST, Phil RAMEY, Armin RANNER, Paul J. RICHARDS, Gerhard RICHTER, Alicia ROSS, Pascal ROSTAIN, Jacques ROZIER, Erich SALOMON, Jaclyn SANTOS, Paul SCHMULBACH, Tazio SECCHIAROLI, Cindy SHERMAN, Patrick SICCOLI, Jim SMEAL, Pierre SUU, Jürgen TELLER, Liam TICKNER, Gavin TURK, Nick UT, Sébastien VALIELA, Maximilien VOX, Ronald WALTER, WEEGEE, Andy WARHOL, Willy WILCKE, William WYLER, Richard YOUNG, Andrzej ZULAWSKI

L’exposition est constituée de trois grandes parties : Photographes, Stars et Artistes.

TAPIS ROUGE
Le visiteur est accueilli d’emblée par les crépitements des flashs des paparazzis émanant d’une installation de Malachi Farrell intitulée Interview (Paparazzi), se trouvant ainsi lui-même propulsé au rang de star. Cris, bousculades, mouvement de foule… lorsque la star apparaît en public tout se passe très vite et avec une extrême violence. Quand ils ne sont pas contenus par des barrières, comme lors des traditionnels photocalls, les paparazzis encerclent la célébrité, l’appellent pour tenter de capter son regard et la dardent de mille feux. La star est encerclée, sujette aux moindres mouvements de la masse, comme prise dans une nasse. Elle ne peut ni résister, ni s’échapper. C’est un véritable dépeçage photographique. Grâce à un ensemble de photographies représentant des paparazzis chassant en meute – dans une sorte de mise en abyme –, ce préambule a pour fonction de faire ressentir au visiteur la pression dont la star fait l'objet.

PHOTOGRAPHES

UNE PROFESSION
Le métier de paparazzi est plus complexe qu’il n’y paraît. Les paparazzis se doivent d’être ingénieux, mettant en place des opérations souvent complexes et risquées. Chacun d’entre eux possède ses petits trucs et ses anecdotes, autant d’éléments fondateurs du grand récit de la profession. À travers une série d’entretiens avec quelques-uns des grands paparazzis de notre époque et l’évocation de leurs outils de travail les plus courants (de l’appareil espion au téléobjectif, en passant par certains de leurs déguisements), cette section explore le quotidien d'un métier. Des photographies de Christophe Beauregard, Jessica Dimmock, Olivier Mirguet, un extrait du film Reporters de Raymond Depardon et une vidéo réalisée par Romain Dussaulx et Benjamin Lalande à Los Angeles, montrent la planque, l’attente et finalement la confrontation, et permettent ainsi de comprendre ce qu’être paparazzi signifie.

DES MYTHOLOGIES
Le paparazzi se présente comme l'un des grands anti-héros de notre époque postmoderne. C’est en 1960 que Federico Fellini baptise ce phénomène médiatique en inventant la figure populaire du « paparazzi », contractant les termes « pappataci » (petits moustiques) et « ragazzi » (jeunes garçons), . Depuis le film La Dolce Vita, celui-ci est devenu une figure mythique de la culture populaire qui incarne tous les défauts de notre société hypermédiatisée.
Des extraits de films de Federico Fellini, mais aussi de Paul Abascal, Dario Argento, Brian De Palma, Andrzej Zulawski ou encore William Wyler, des années 1950 jusqu’à nos jours, montrent comment le grand public perçoit le paparazzi : personnage solitaire faisant souvent figure de perdant, assez antipathique car dénué de morale et de scrupules, prêt à tout pour gagner des sommes indues au détriment des stars, il incarne une sorte de figure en creux ou de double négatif du reporter de guerre.

STARS

PLEINS FEUX
Le métier de paparazzi est une profession essentiellement masculine. Les victimes sont, en revanche, majoritairement des femmes et, plus encore, des incarnations de la féminité. La photographie paparazzi porte ouvertement les stigmates de la violence machiste. Huit femmes ont particulièrement attiré l’attention des photographes depuis les années 1950 : Elizabeth Taylor, Jackie Kennedy-Onassis, Brigitte Bardot, Caroline et Stéphanie de Monaco, Diana Spencer, Paris Hilton et Britney Spears. Tandis qu'ils les harcelaient, les paparazzis ont en même temps participé, peut-être plus que quiconque, à l’édification du temple que notre société hypermédiatique leur a dédié. À travers leur histoire, cette section montre l’évolution des styles et des enjeux de la photographie paparazzi sur près d’un demi-siècle.

L'ENVERS DU DÉCOR
Les célébrités ne sont pas toujours les victimes passives des paparazzis. Lorsqu’elles repèrent ces derniers, elles ont le choix de collaborer avec eux en se laissant photographier ou, au contraire, de refuser la prise de vue. Leurs réactions peuvent dès lors aller du simple refus poli à l’agression. À l’inverse, elles peuvent également entrer dans le jeu du photographe en se montrant réceptives, voire complices. Elles vont jusqu’à développer elles-mêmes leurs propres astuces afin d’échapper au star system qui les contraint à être constamment dans la lumière. Cette section offre un panorama des différentes réactions des stars face aux objectifs des photographes à travers un ensemble de clichés des plus grands paparazzis du XXe siècle – Daniel Angeli, Francis Apesteguy, Ron Galella, Marcello Geppetti, Bruno Mouron et Pascal Rostain, Erich Salomon, Tazio Secchiaroli, Sébastien Valiela ou encore Weegee.


ARTISTES

LES FORMES DE L'APPROPRIATION
Les conditions dans lesquelles les paparazzis opèrent génèrent une esthétique particulière : la rapidité et l’improvisation avec laquelle ils prennent la photographie ont des conséquences sur la composition de l’image ; le téléobjectif, utilisé de loin, ou le flash, employé de près, ont tendance à l’aplatir. La réaction des célébrités se protégeant le visage de la main est ainsi devenue le leitmotiv de l’agression médiatique. Depuis les années 1960, cette esthétique a inspiré nombre d’artistes du Pop Art, du Post-modernisme ou de courants plus contemporains, de Richard Hamilton à Paul McCarthy en passant par Valerio Adami, Barbara Probst ou Gerhard Richter.

DANS LA PEAU DU PAPARAZZI
Depuis les années 1960, l’attitude des chasseurs d’images fascine nombre d’artistes et de photographes de mode qui, le temps d’un projet, cherchent à se mettre dans la peau d’un paparazzi. Les photographes tels Richard Avedon, William Klein et plus récemment Alexi Lubomirski ou Christian Leseman, ont été les premiers à se transformer en paparazzis à l’occasion d’une campagne de mode. Depuis, quantité d’artistes, dont l’Américain Gary Lee Boas, l’Anglaise Alison Jackson ou encore le collectif autrichien G.R.A.M., ont également collectionné les stars à la manière des paparazzis. À partir des années 1980, plusieurs artistes femmes comme Malin Arnesson, Kathrin Günter ou Cindy Sherman ont, quant à elles, interrogé la place de l’artiste en tant que star.

 

KIOSQUE (CONCLUSION)
La presse people répond à la demande d’une industrie médiatique qui possède sa propre rhétorique, ses habitudes, ses règles et ses codes. Celle-ci a beaucoup évolué depuis ses débuts, il y a maintenant près d’un siècle. A l’ère de l’internet, elle est aujourd’hui l’un des derniers bastions de rentabilité des éditeurs de presse papier. Cette presse à sensation et à scandale se reconnaît à travers un certain nombre de signes distinctifs : ses couleurs criardes, son graphisme racoleur, ses mises en page tape-à-l’oeil, son contenu vulgaire … et ses indiscrétions photographiques. À travers les oeuvres de Andy Warhol, Paul McCarthy, Barbara Kruger, Armin Linke ou Jonathan Horowitz, cette dernière section interroge, en guise de conclusion, les us et coutunes des vecteurs de diffusion des images paparazzis.

  

 

 

 

 

Dans le prolongement de ses expositions, le Centre Pompidou-Metz propose une programmation artistique pluridisciplinaire dans différents espaces : Auditorium Wendel, Studio, galeries, Forum et jardins.

Le décloisonnement des espaces et des contenus permet une forme inédite d'échange entre les expositions et le spectacle vivant.

Les rendez-vous sont pensés autour des expositions afin d'en développer le thème à travers d'autres champs de la création : danse, musique, cinéma, conférences...

Le Centre Pompidou-Metz offre ainsi une lecture vivante de l'art moderne et contemporain en faisant dialoguer entre elles des disciplines artistiques et en favorisant la rencontre entre les artistes et le public.

Dans le cadre de l'exposition Paparazzi ! Photographes, stars et artistes, le Centre Pompidou-Metz propose des spectacles de danse, des performances, du cinéma et des conférences et accueille à cette occasion des artistes reconnus.

Samedi 5 avril 2014, le jeune chorégraphe colombien Luis Garay présente le spectacle Maneries, mondialement récompensé.

Mercredi 9 avril, le célèbre film Reporters de Raymond Depardon est projeté en présence du réalisateur ainsi que du paparazzo Francis Apesteguy, en partenariat avec le Festival Littérature et Journalisme.

Vendredi 11 avril, Stéphane Malfettes, programmateur pour le spectacle vivant au musée du Louvre et cofondateur de la maison de conférences SuperTalk, propose une "stand up" conférence originale et dynamique intitulée Fans and Furious, les fans, leurs vies, leurs oeuvres, suivi d'un concert de Michel Cloup.

Samedi 12 et dimanche 13 avril, la performance étonnante et divertissante de Liz Santoro et Pierre Godard, Watch it, interroge la notion d'attention du spectateur. Elle sera accompagnée le dimanche d'une visite interprétée de l'exposition par le paparazzo Pascal Rostain, auteur de l'ouvrage Voyeur (éditions Grasset, janvier 2014).

Dans le cadre de l'exposition Paparazzi ! Photographes, stars et artistes, le Centre Pompidou-Metz, en partenariat avec le site internet Wipplay.com, lance un concours photographique.

En écho à l’esthétique de la photographie paparazzi, le concours « Tous Paparazzis ! » propose aux photographes et passionnés d'images, amateurs ou professionnels, de jouer avec la prise de vue au téléobjectif et le coup de flash en soumettant directement leurs images sur le site wipplay.com.

Le concours est lancé le 26 février 2014 sur le site wipplay.com et relayé via la page Facebook du Centre Pompidou-Metz.

Le jury se tiendra à la mi-avril et sélectionnera les photographies des lauréats. Il sera composé de Clément Chéroux, commissaire de l'exposition; Kathrin Günter, artiste de l'exposition ; de Pierre-Henri Verlhac, éditeur du photographe Ron Galella et de Jean-François Camp, président du laboratoire Central DUPON Images.

Les lauréats se verront attribuer :

  • 1er prix du jury : un appareil photographique Olympus EP-5, Un livre en cuir rouge en série limitée (30 exemplaires) « Boxing with the stars » avec un tirage Gallela à l'intérieur, et la publication de l’image lauréate sur evene.lefigaro.fr
  • 2ème prix du jury : un appareil photographique Olympus TG-2 tout terrain et étanche, 1 Coffret imitation chrome / papier d'aluminium édition limitée (200 ex.) sur Warhol, un catalogue de l'exposition et la publication de l’image lauréate en couleur sur evene.lefigaro.fr
  • 3ème prix du jury : 1 livre Édition "normale" sur Warhol, un catalogue de l'exposition et la publication de l’image lauréate en couleur sur evene.lefigaro.fr

      Les lauréats bénéficieront également d’une visite privée de l’exposition et verront leur photo publiée sur la page Facebook du Centre Pompidou-Metz.

À propos de Wipplay.com :

En lançant de grands jeux photographiques chaque semaine, wipplay.com invite tous les passionnés d’images, amateurs ou professionnels, à « Shooter, voter, gagner» à travers un réseau social dédié et organisé autour de manifestations culturelles, d’évènements citoyens ou de tendances artistiques.

Simple concours photographique participant à la révélation de talents anonymes, rencontre entre initiés, jeu de pistes ou de vitesse, WIPPLAY invite les internautes à exposer leurs images sur la toile, à ciel ouvert ou dans des galeries, et à les faire évaluer par les plus grands experts de l’image.

CONTACT PRESSE :
Inès Dartiguenave
Tél : +33 (0)6 99 57 02 99
Mél : ines@wipplay.com


À propos d’Olympus :

Avec 455 employés et un chiffre d’affaires de 185 M€, OLYMPUS France-Belgique-Luxembourg distribue l’ensemble des gammes de produits OLYMPUS : Photo-Audio, Santé et Industrie. Avec son Centre de Réparation Européen, OLYMPUS France-Belgique-Luxembourg se positionne comme une Région phare au sein du groupe OLYMPUS Europe. OLYMPUS est le seul acteur du marché de l’optique à appliquer son savoir-faire avec une transversalité dans tant de domaines de pointe à la fois : métiers de la santé, de l'industrie et univers de la photo professionnelle & grand public. Chaque secteur bénéficie des savoir-faire acquis dans les autres domaines afin d'atteindre l'optimisation des performances. Olympus s’inscrit ainsi parmi les leaders sur l’ensemble de ses marchés.

CONTACT PRESSE :
Jonathan LANG
Tél : +33 (0)6 11 84 10 96
Mél : ofr-communication@olympus.fr

  •  

       

Avec le soutien de


 

En partenariat média avec