Français

Beat Generation / Allen Ginsberg

ExpositionsBeat Generation / Allen Ginsberg

Du 31 mai 2013 au 6 janvier 2014

Lieu(x) : Studio
Catégorie : Expositions
Public : Tout âge

Exposition co-produite et présentée simultanément par quatre grandes institutions européennes : le Centre Pompidou-Metz, Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains à Tourcoing, le ZKM - Centre des Arts et de Technologie des médias à Karlsruhe (Allemagne) et Les Champs Libres à Rennes.

Du 31 mai 2013 au 6 janvier 2014 au Centre Pompidou-Metz
Du 7 juin au 21 juillet 2013 au Fresnoy – Studio national, Tourcoing
Du 15 juin au 1er septembre 2013 au ZKM, Karlsruhe (Allemagne)
Du 31 mai au 1er septembre 2013 aux Champs Libres, Rennes 

Commissariat : Jean-Jacques Lebel

SALUT LES BEATNIKS !

Ce qui vous est proposé ici n’est pas une exposition classique composée d’œuvres accrochées aux murs, mais plutôt une anthologie visuelle et sonore, une expérience sensorielle, une jungle d’images projetées, une promenade virtuelle à travers un vaste mouvement transculturel né pendant la Seconde Guerre Mondiale, à New York, et qui, à partir de 1955, s’est répandu dans le monde. Le poète Allen Ginsberg, figure tutélaire et principal catalyseur de la Beat Generation, nous sert de cartographe et de guide. Il nous introduit auprès de ses amis — qu’il a souvent photographiés à différentes époques — et, surtout, de leurs œuvres, en soulignant la personnalité singulière de chacune d’entre elles. Films connus ou inconnus, lectures publiques, enregistrements, reportages inédits, textes, œuvres plastiques, entretiens, photographies et documents en tous genres… Cet ensemble d'éléments réunis pour la première fois offre une perspective supranationale, labyrinthique et multimédia qui excède les limites d’une présentation muséale linéaire et didactique.

Les visiteurs sont ici invités à entrer de plain-pied dans l’univers halluciné/hallucinant des poètes de la Beat Generation et à en revivre, pour leur propre compte, cette aventure à la fois collective et subjective. Inédite également est l’ouverture simultanée de quatre versions de la même manifestation dans quatre institutions européennes à vocations diverses : le Centre Pompidou-Metz, le Studio National des Arts Contemporains, le Fresnoy (Tourcoing), Les Champs Libres (Rennes) et le ZKM | Centre d’Art et de Technologie des Médias Karlsruhe (Allemagne), offrant ainsi une synergie et un partenariat exemplaires. Grâce à Allen Ginsberg, nous suivons d’étape en étape les batailles littéraires, culturelles, politiques, existentielles et spirituelles que la Beat Generation a menées. Avec lui nous visitons ou revisitons quelques chefs-d‘œuvres de la littérature moderne signés Jack Kerouac, William Burroughs, Gregory Corso, Michael McClure, Gary Snyder, Peter Orlovsky et, bien sûr, Allen Ginsberg. Nous les voyons ou les entendons, nous découvrons leurs manuscrits, leurs dessins, leurs modes de vie mais aussi leurs combats pour la liberté d’expression et la libération des mœurs, contre l’ethnocentrisme, l’homophobie et la paranoïa raciste, pour l’écologie. Nous pouvons apprécier le rôle crucial qu’ils ont joué, en tant qu’écrivains et citoyens du monde, au sein du vaste mouvement international qui, dans les années 1960, a rejeté la Guerre du Vietnam, Wall Street, le Pentagone, la bombe d’Hiroshima, l’industrie nucléaire et, globalement, toute forme d’impérialisme culturel et politique. Dans son fameux poème-manifeste, Howl, Ginsberg a d’ailleurs régurgité Moloch, le monstre biblique exigeant toujours plus de sacrifices humains, que Karl Marx avait déjà dénoncé comme emblème du capitalisme hégémonique et conquérant. Ce n’est pas un hasard si Ginsberg, Burroughs et leur ami Jean Genet ont participé aux manifestations de Chicago en 1968, ni si certains de leurs jeunes camarades ont nommé à cette occasion un véritable cochon, rose et vociférant, comme candidat aux élections présidentielles américaines. L’esprit dada était bel et bien présent, toute distinction entre action politique et action artistique tant abolie.

Les films, les entretiens, les reportages, les photographies, les textes que nous présentons mettent d’ailleurs l’accent sur les rapports de filiation que les poètes de la Beat Generation ont toujours entretenus avec leurs prédécesseurs et contemporains, notamment asiatiques et européens : William Blake, Arthur Rimbaud, Guillaume Apollinaire, Antonin Artaud. Au cours de leurs longs séjours productifs et de leurs nombreuses visites à Paris, Ginsberg, Burroughs, Gysin et Corso ont connu Henri Michaux, Ghérasim Luca, Jean Genet, Marcel Duchamp, Man Ray, Tristan Tzara, Bernard Heidsieck, Félix Guattari et bien d’autres. C’est au café Sélect, à Montparnasse, que Ginsberg commence à écrire son grand poème cathartique Kaddish et qu’il rédigera Sur la Tombe d’Apollinaire et Europe ! Europe ! C’est à Paris que Burroughs terminera et publiera Le Festin Nu, Nova Express et que Corso achèvera Bomb.

 

Avec la Beat Generation est né le puissant mouvement contre-culturel mondial dont, aujourd’hui, les « Indignés » portent les couleurs et dont les visionnaires et utopistes à venir, à leur tour, s’inspireront.

Jean-Jacques Lebel
Avril 2013

Déployée sur une série d’écrans, l’exposition présente des performances live, des films, des photographies, des reproductions d’œuvres plastiques et de manuscrits, ainsi qu’un entretien inédit de plus de quatre heures d’Allen Ginsberg avec Jean-Jacques Lebel.

LES ENTRETIENS

- Le grand entretien Ginsberg / Lebel
Entretien Allen Ginsberg / Jean-Jacques Lebel, Paris, 1990, filmé par Alain Jaubert
- Allen Ginsberg et Gregory Corso, librairie Shakespeare and Co, Jean-Michel Humeau, Paris, 1965
- Jack Kerouac et Ed Sanders interviewés par William F. Buckley, Firing Line, 1968
- William S. Burroughs, Brion Gysin, entretien avec Jean-Jacques Lebel et Alain Pacadis, Le Palace, Paris, 1981
- Allen Ginsberg présente « Guerre à la Guerre » sur Antenne 2, 1982
- John Giorno : on Allen Ginsberg, Ever Miranda, Paris, 2012

LES FILMS

- Pull My Daisy, Robert Frank et Alfred Leslie, 1959
- Towers Open Fire, Antony Balch, William S. Burroughs, 1963
- Les Diables de Brion (extrait), Françoise Janicot, 1974
- Allan'n Allen's complaint (extraits), Nam June Paik et Shigeko Kubota, 1982
- Scenes from Allen's Last Three Days on Earth as a Spirit, Jonas Mekas, 1997

LES PERFORMANCES

- William S. Burroughs, Hacienda Club, Manchester, 1984, The Final Academy, IKON
- Allen Ginsberg, Plutonian Ode (extraits), « Guerre à la Guerre », UNESCO, 1982
- Allen Ginsberg, Steve Taylor : Father Death Blues, Midi 2, 1982
- Michael Mac Clure, Polyphonix 4, Centre Pompidou, 1982
- Philip Glass, Allen Ginsberg, Wichita Vortex Sutra, Paris, 1992
- Monument à Félix Guattari, Centre Pompidou, 1994
- Sur la route des clochards célestes (extraits), Brigitte Cornand, 1996
- John Giorno, The Death of William S. Burroughs, Antonello Faretta, 2006

LES DOCUMENTAIRES

- Speeches and Street Action, Democratic National Convention, Chicago, 1968
- Jack Kerouac, Jean-Pierre Gras (série Aventuriers et Écrivains), 1996
- Sur la route des clochards célestes (extraits), Brigitte Cornand, 1996
- Le Cowboy et l’Indien (extrait), Alain Fleisher, 1992
- Returning to 1957, The Beat Hotel / Allen Ginsberg, Jean-Jacques Lebel, Alain Jaubert, 1990
- Burroughs in the Bunker, introduced by John Giorno, 2012

LES TEXTES

- Pull my Daisy
- Poème, Allen Ginsberg, Jack Kerouac
- Rouleau tapuscrit de Sur la route de Jack Kerouac, 1947
- Tapuscrit de Howl, Allen Ginsberg, 1955
- Journal de voyage, 1954-58, premières strophes de Kaddish, Allen Ginsberg
- Scrapbooks, William S. Burroughs
- Bomb, Gregory Corso
- Poème autographe inédit, Gregory Corso, 1959

LES ARTS PLASTIQUES

- Robert Crumb : trois portraits
- William S. Burroughs : Art Works
- Allen Ginsberg : Art Works
- Jack Kerouac : Art Works

LES PHOTOS

Prises par Harold Chapman, Brion Gysin, Alain Dister, Gordon Ball, Jean-Jacques Lebel, Maxime Godard…

LES ENREGISTREMENTS SONORES

- Pull My Daisy, Allen Ginsberg
- Footnote to Howl, Allen Ginsberg
- Kaddish (extraits, Allen Ginsberg)
- Allen Ginsberg's Apocalypse (extrait du documentaire de France Culture)
- Charlie Parker pray for me, Jack Kerouac
- Discussion entre Jean Genet et Allen Ginsberg, Chicago, 1968
- Polyphonix, Allen Ginsberg, Steve Taylor, Peter Orlovsky, 1979

Né en 1926 à Newark dans le New Jersey aux États- Unis, Allen Ginsberg fait ses études supérieures à Columbia University. Il y rencontre William S. Burroughs, Jack Kerouac et d’autres compagnons, avec qui il fonde la galaxie de la Beat Generation. Le terme beat, très ambivalent, forgé par Kerouac, se réfère à Beatitude, autant qu’au rythme du jazz (beat) et à la défaite existentielle. L’expérience individuelle devient un acte de désertion et de rébellion. Comme le Voyant de Rimbaud, dont il s’inspire directement, le poète de la Beat Generation se livre au « dérèglement de tous les sens ».

En 1955, à San Francisco, Allen Ginsberg rédige son poème-manifeste, Howl, qui s’attaque frontalement à Moloch, c’est-à-dire à l’empire américain qui commence à s’effriter et à douter de lui-même. Ce texte a suscité l’enthousiasme de toute une génération bien au-delà des frontières : « I saw the best minds of my generation destroyed by Madness, starving hysterical naked, dragging themselves through the negro streets at dawn looking for an angry fix », qui vaudra à son éditeur, Ferlinghetti, un procès pour obscénité qui se terminera par un nonlieu. Cette poésie à la fois orale et écrite va susciter de nombreuses passions. Il constitue, avec le roman de Jack Kerouac Sur la route et le livre inclassable de William S. Burroughs Le festin nu, le point de ralliement et le signal de la rébellion de tout un mouvement rythmé par le blues, le jazz et l’exigence d’une spiritualité intersubjective, qui tourne radicalement le dos à Moloch, c’est-à-dire à l’Amérique de Wall Street, du Pentagone, de Hollywood et de l’industrie nucléaire.

La Beat Generation a rendu à la poésie tout le souffle et l’esprit visionnaire qui commençaient à se faire rare. La poésie beat, c’est aussi le tempo complexe d’un solo de saxophone montant crescendo, jusqu’à la note « bleue ».

Voyageur invétéré et chercheur en anthropologie culturelle, Allen Ginsberg développera un syncrétisme transculturel qui élargira son champ de vision et d’action. Ses nombreux séjours à Paris, à partir de 1957, ont eu un impact considérable sur son oeuvre. C’est au Select de Montparnasse qu’il commencera la rédaction de son second grand poème phare, Kaddish, qui retrace le profond trauma qu’il a éprouvé auprès de sa mère, Naomi, internée en hôpital psychiatrique. C’est à Paris, au Beat Hotel du 9, rue Gît-Le-Coeur, qu’il fera équipe avec plusieurs autres écrivains, plasticiens, photographes et musiciens expatriés, tels que Gregory Corso, Brion Gysin, William S. Burroughs, Peter Orlovsky, Ghérasim Luca et bien d’autres encore. C’est là que lui rendra visite en voisin Henri Michaux. À la même époque, chez Jean-Jacques Lebel, il fait d’autres rencontres décisives : Marcel Duchamp, Man Ray, Octavio Paz. Invité par la suite au Festival Polyphonix au Centre Pompidou en 1990, il reste un mois à Paris. C’est à cette occasion qu’il donne à Jean-Jacques Lebel six heures d’entretien restées inédites qui constituent la trame et la vision d’ensemble de l’exposition. Il visitera en sa compagnie son exposition de portraits photographiques à la FNAC, qu’il commentera pour lui.

Visionnaire protéiforme, Allen Ginsberg pratique aussi la photographie (il fut l’élève de Robert Frank), le blues et le rock, collaborant avec quelques grands noms de la scène musicale tels que Bob Dylan, Philip Glass, Ornette Coleman ou Patti Smith. En 1974, il crée l’école « Jack Kerouac de la poésie désincarnée », à Naropa, dans le Colorado, qui propose des cours de poésie, d’écriture et de méditation selon les principes du bouddhisme tantrique.

Exposition co-produite avec

Logo Les Champs Libres   Logo Le Fresnoy   Logo ZKM

 

Logo Wendel Mécène fondateur

 

En partenariat média avec

Logo nova    Logo arte

BEAT GENERATION KEROUAC - GINSBERG - BURROUGHS

Ce film raconte la formidable et durable amitié entre Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William S. Burroughs, qui a donné naissance au mouvement littéraire de la Beat Generation. Il commence à New York, à la fin de la seconde guerre mondiale, au moment où Kerouac envisage pour la première fois d’écrire « un énorme roman sur tout ça » : leur histoire commune.

Puis il passe par San Francisco, Mexico, Tanger, Paris et s’achève une quinzaine d’années plus tard avec la publication en rafale de Howl (Allen Ginsberg), Sur la route (Jack Kerouac) et Le Festin nu (William S. Burroughs), trois livres qui ont valeur de manifeste.

Avec une dizaine d’autres écrivains, le KGB (Kerouac- Ginsberg-Burroughs), ce trio infernal, a dynamité la littérature, posé les germes de la contre-culture et influencé les modes de vie et les mentalités à venir.

Ce film montre ce qui les relie et les oppose à l’Amérique à travers la découverte des grands territoires, leur quête d’absolu et d’accomplissement de soi – essentiellement par la littérature. Au long de la route, les clochards célestes en rupture avec le puritanisme ambiant plongent dans la sexualité, dans les drogues et découvrent le bouddhisme.

Projection au Centre Pompidou-Metz, vendredi 14 juin 2013 à 20h.
Diffusion mercredi 18 septembre à 22h24 sur ARTE

BEAT GENERATION Kerouac - Ginsberg - Burroughs

EN DVD LE 31 MAI

Une édition Compagnie des Phares et Balises.

PAL - DVD9 / SON : STÉRÉO / FILM : 16/9 / COULEUR / DURÉE TOTALE : 52 min

Un film de Jean-Jacques Lebel et Xavier Villetard.
Réalisé par Xavier Villetard.
Montage : Anne Klotz.
Documentaliste : Mei Duong.
Musique originale : Léo Mérie et Cezame Music Agency.
Images : Christopher Morley-Pegge et Olivier Petitjean.

Une production Compagnie des Phares et Balises, en coproduction avec Arte France et le Centre Pompidou.

Avec la participation du CNC.

Avec le soutien de la Procirep – Société des Producteurs et de l’Angoa.

En partenariat avec
Le Centre Pompidou-Metz – Les Champs Libres – Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains – Le ZKM

Prix public conseillé : 12 € TTC
Genecode : 3 545 020 028 346.