Français

Lecture « Journal de l'aïkido » + Conférence « Art martial. La beauté. La violence. »

Rencontres / conférencesLecture « Journal de l'aïkido » + Conférence « Art martial. La beauté. La violence. »

Mercredi 12 décembre 2012 à 19h30

Lieu(x) : Auditorium Wendel
Catégorie : Rencontres / conférences
Cycle : Instantané
Discipline : Conference
Tarif : 5€
Public : Tout âge
Durée : 60' × 2
Auteur : Yan Allegret et Régis Soavi, maître d'Aïkido

Yan Allegret
Né en 1973, il est à ce jour l’auteur de dix-sept textes dramatiques, tous montés à la scène. Il a bénéficié en tant qu’auteur du soutien de la DMDTS et du Centre National du Livre. Il a été lauréat de l’association Beaumarchais et du programme de résidence à la Villa Kujoyama. Ses textes ont été publiés notamment aux Éditions Espaces 34, les éditions Les impressions nouvelles, et dans la revue littéraire des éditions Léo Scheer. Ses deux derniers textes, Neiges et Hana No Michi ont fait l’objet d’une radiodiffusion sur France Culture en 2010.

Yan Allegret se consacre également à de nombreux travaux de mise en scène au sein de sa compagnie (&) So Weiter. Outre la création scénique de dix de ses propres textes de 1998 à 2011, il réalise de nombreux workshops et performances, en France et au Japon. Ses projets, depuis 2006, reposent en grande partie sur l’ouverture du champ théâtral à diverses disciplines extérieures : Yan Allegret collabore avec la chanteuse Charlotte etc et le compositeur et guitariste Yann Féry, avec Hacine Chérifi, champion de monde de boxe WBC, ou encore Yuta Kurosawa, maître de sabre japonais, tout en travaillant avec de grandes figures du théâtre tel l’acteur Redjep Mitrovitsa.

Parallèlement, Yan Allegret conçoit et dirige divers ateliers d’écriture et/ou de recherche artistique, ainsi que des stages mêlant disciplines martiales et artistiques auprès de publics divers.

L'utilisation du terme « d'art » dans « l'art martial » n'est pas dû au hasard. Comment définir l'art martial en regard de l'art et inversement ? Quels liens les unissent ? Comment la violence les traverse-t-elle chacun ? Quel liens entretiennent-ils chacun avec la notion de beauté ?
On a beau n'avoir jamais pratiqué l'Aïkido, les conférences de Régis Soavi parlent toujours d'un endroit de nous-mêmes. Sa parole, libre, dotée d'un fort sens de l'humour, en conversation permanente avec le public, n'est pas sans rappeler parfois la parole théâtrale improvisée.
Sa conception de l'Aïkido, de l'art martial et par extension de la vie sont fondées sur le souffle. Régis Soavi parle de l'Aïkido comme d'un non-art martial. Il parle aussi du non-faire, notion transmise par son maître, Itsuo Tsuda.
Dans une société du tout cérébral, fonctionnant majoritairement sur des modèles dualistes et peinant de plus en plus à sentir le monde, la parole de Régis Soavi nous ramène à une possible redécouverte de soi et du monde, avec, en ligne de mire, une pensée bien plus transgressive qu'il n'y parait. Et si nous étions fondamentalement libres ?

« Depuis 2005, je tiens ce journal. Je pratique tôt le matin. Puis j'écris. Sans filtre. Le plus spontanément possible. En parcourant ce journal, on peut y lire mes choix artistiques et esthétiques. Rien n'est séparé. Après une dizaine d'années de pratique du plateau et de cet art martial, j'en suis venu à cette conclusion. L'apprentissage qui se fait sur les tatamis et sur le plateau est rigoureusement le même. On peut traduire Aïkido par « fusion de sensibilité ». L'instant du théâtre n'est pas moins que cela. En écrivant autour de l'Aïkido, j'écris au-delà; j'écris ma conception même de la voie. » Yan Allegret