Français

Le Travail du Geste

Spectacles vivantsLe Travail du Geste

Dimanche 26 février 2012, à 15h

Lieu(x) : Auditorium Wendel
Catégorie : Spectacles vivants
Discipline : Cinémas
Tarif : Entrée libre sur présentation d'un billet d'entrée aux expositions
Public : Tout âge
Auteur : Pascale Houbin
  Fondatrice de la compagnie NoN de NoM, Pascale Houbin appuie ses travaux sur les liens entre gestes et langages. Dans Nota Bene et Chants, ses deux premières créations, elle s’intéresse à la langue des signes comme support chorégraphique, en mettant en scène un comédien sourd, Joël Liennel. Dans les années quatre-vingt-dix, Pascale Houbin monte trois solos : Germen et Soma en 1995, Rhizome et Récital en 1998. Depuis 2002, elle développe un projet de recherche et d'expérimentation nommé Aujourd' hui à deux mains qui dresse une série de portraits à partir des gestes filmés de différents métiers.

Depuis plusieurs années, Pascale Houbin filme des gestes du travail. Sous sa caméra, artisans, boulanger, soignants, pilotes d’avion ont pratiqué leurs gestes quotidiens sans le support de l’outil et de la matière. C’est alors, en s’affranchissant d’un contexte de travail, qu’apparaît le geste dansé.

Seront présentés ce dimanche après-midi quatre de ses films : Mains d’œuvre, Martingale, Du bout des doigts et Sang-Trait.

Mains d’œuvre donne à voir les gestes à blanc de plusieurs ouvriers durant les travaux de réhabilitation des anciens abattoirs devenus lieu de spectacle pour le Channel, Scène Nationale de Calais.
Ils sont filmés à l’intérieur d’un pavillon dans un décor de chantier reconstitué. Leurs mains « portent » le chantier qui n’est perçu, aperçu sous leurs pieds, qu’à travers de brèves marches. La musique est faite à partir de sons collectés in situ.
(film coproduit par le Cie NoN de NoM et le Channel, Scène Nationale de Calais. Durée : 10'34) 

Martingale dessine les portrait-gestes d’un croupier du casino d’Annemasse. Les gestes se détachent dans le velours noir du théâtre.
Filmés sur une scène, ils sont dénudés de leur contexte, sans leurs attributs usuels : râteau, dés, jetons, cartes… Ces gestes sont vifs, précis, élégants et, ainsi, faits « à blanc », ils nous dévoilent leur rapidité d’exécution et leur dextérité. Ils deviennent des signes qui nous parlent de la fascination du jeu et de celle de la roulette. 
(film coproduit par la Cie NoN de NoM et le Théâtre Le Château Rouge, Scène Nationale d’Annemasse. Durée : 4'10)

Du bout des doigts : Portrait-geste de deux orfèvres de Puiforcat, pour La Maison Hermès.
La partition est double : les mains d'une ciseleuse et un quatre mains : orfèvre-ciseleuse. Les images ont été filmées dans deux lieux différents. Elles sont en noir et blanc légèrement colorisées. Quand elle est seule à l'image, la blouse bleue de la femme refroidit l'image. Ses gestes sont délicats, raffinés, sensibles. Le "quatre mains" est réchauffé en sépia, il donne à voir des combinaisons aléatoires de mouvements, des rythmes qui se répondent comme une chorégraphie apparaissant au travail. 
(film coproduit par la compagnie Non de Nom et la Fondation d'entreprise Hermès.
Durée : 6'21)

Sang-Trait : Portrait-geste d'une technicienne des haras nationaux. 
(film coproduit par la compagnie NoN de NoM, le Festival Uzès Danse et la Fondation d'entreprise Hermès. Durée : 5'30.)