Français

La vie des lignes

Rencontres / conférencesLa vie des lignes

Mercredi 20 février 2013 à 19h30

Lieu(x) : Auditorium Wendel
Catégorie : Rencontres / conférences
Discipline : Conference
Tarif : 5€
Abonnement deux conférences au choix pour 5 € :
Du destin au dessin (1910-2010), Mercredi 30 janvier 2013 à 19h30,
La vie des lignes, Mercredi 20 février à 19h30
ou Signs and wonders, Jeudi 21 février 2013 à 20h
Public : Tout âge
Durée : 90'
Auteur : Tim Ingold
  Anthropologue

Les lignes sont partout dans le monde habité, à la fois dans ce que nous pourrions appeler la “nature” et dans l’environnement bâti. Certaines lignes décrivent des processus de croissance, d’autres délimitent les formes des choses fabriquées, comme les artefacts et les bâtiments. Certaines sont enroulées comme les fils, d’autres sont inscrites comme dans le dessin et l’écriture. Quelle est alors la relation entre ces différentes formes de lignes ? Comment, par exemple, l’étude de la ligne nous aide à comprendre le lien entre l’écriture, le dessin et l’architecture ? Et pourquoi dans l’ère moderne, tant d’importance est attachée à l’idée qu’une ligne devrait être toute à fait droite ? Paradoxalement, comme nous allons le voir, la « linéarité » alléguée de pensée et d’expression souvent attribuée à la civilisation lettrée de l’Occident signale non pas la vie mais la mort de la ligne – la réduction d’une piste de croissance et de mouvement à une séquence de connections entre des points fixes. Comment, alors, les gens et les animaux se déplacent-ils, en pratique, en habitant dans des architectures de lignes droites et de connecteurs ?

Tim Ingold, anthropologue britannique, est l’auteur de Une brève histoire des lignes. Il est également Professeur d’Anthropologie sociale à l’Université d’Aberdeen (Grande-Bretagne). Après des recherches ethnographiques sur le terrain en Laponie, Ingold a écrit sur l'environnement, la technologie et l'organisation sociale dans la région circumpolaire-nord ainsi que sur l’évolutionnisme, les relations entre hommes et animaux, le langage et l'utilisation d'outils, la perception de l’environnement et les savoir-faire. Ses derniers travaux portent sur l'interface entre l'anthropologie, l'archéologie, l'art et l'architecture. Il a écrit The Perception of the Environment (2000), Lines (2007), Being Alive (2011) and Making (2013). Une brève histoire des lignes a été traduit et publié en français en 2011 chez Zones sensibles.