Français

Keep Portland Weird - Les Trinitaires

Hors les mursKeep Portland Weird - Les Trinitaires

Vendredi 20 avril 2012 à 20h

Lieu(x) : Les Trinitaires
Catégorie : Hors les murs
Discipline : Music
Tarif : 6€ - Billetterie des Trinitaires
Public : Tout âge
Durée : 130'
Auteur : Tender Forever, Tara Jane O’Neil et le duo AU

Dans le cadre d'un partenariat qui réunit la Gaîté Lyrique et le Centre Pompidou à Paris, le Centre Pompidou-Metz et le Lieu Unique à Nantes, KEEP PORTLAND WEIRD présente l'extraordinaire vivacité et l'originalité de la scène artistique et plus particulièrement musicale de Portland, berceau de la musique underground américaine.

Portland, berceau de la musique underground américaine, s’installe à Metz pour dix jours avec le festival Keep Portland Weird ! Le Centre Pompidou-Metz, les Trinitaires et la galerie Octave Cowbell vous invitent à découvrir une sélection du gigantesque et riche vivier d'artistes portlandais.

Du 19 au 29 avril, dix artistes venus de Portland proposeront une série de concerts, une exposition et une projection de courts-métrages dans le cadre du festival itinérant Keep Portland Weird. L’artiste Adam Baz débutera le festival avec le vernissage de son exposition à la galerie Octave Cowbell ; aux Trinitaires se déroulera une soirée de concerts avec Tender Forever, Tara Jane O’Neil et le duo AU. Enfin, le Centre Pompidou-Metz accueillera pour une dernière soirée le Cascadia Ensemble, groupe formé par cinq musiciens spécialement pour l’événement, ainsi que le compositeur et performeur Holcombe Waller. Une projection de courts-métrages de et sélectionnés par Vanessa Renwick sera également au programme de la soirée.

Tender Forever
Française, Mélanie Valéra est une performeuse et compositrice pop autodidacte, elle devient Tender Forever lorsqu’elle s’installe à Portland, en 2003. Elle abandonne ainsi son sud-ouest natal pour une incroyable aventure transatlantique de laquelle elle ne reviendra jamais complètement. Un ordinateur portable, un micro à cordon et presque trop d’enthousiasme sont à peu près tout ce dont elle a besoin. Après 3 disques produits sur le label K Records et près de 800 dates de tournées internationales, elle participe à de multiples projets multimédias incluant des collaborations avec le réalisateur Ted Passon, l’artiste multimédia Nick Lally ou encore le producteur Christopher Doulgeris. Elle partage ses scènes avec Cocorosie, Men, Deerhoof, The Blow, Calvin Johnson, Mirah et Electrelane. Plus récemment, elle s’est produite au TBA Festival 2010 de Portland, au New-York Whitney Museum et au festival Mo’Fo’ 2012 à la Main d’oeuvre - Paris. Elle compose régulièrement les bandes originales de courts-métrages, de jeux vidéo et de publicités. Ses projets pop et multimédia tendent à explorer et à remettre en question les espaces, une notion de réalité multiple dans un monde où « pourraient se combler les écarts entre les pays, les idéologies et, finalement, les coeurs ». Elle enregistre actuellement son quatrième album et vient de recevoir la subvention RAA C afin d’achever son projet Mazed, initié en collaboration avec Peter Burr.

Tara Jane O'Neil
Tara Jane O’Neil pourrait être le pendant féminin de Bill Callahan (e x Smog), creusant comme lui son sillon ar tistique vers l’intérieur de s a psyché autant que vers les profondes strates de la musique folk-rock américaine. Basses bourdonnantes, brillant s pickings de guit ares acoustiques, tambourins réverbérés, drones électriques, la songwriter, multi-instrumentiste et pr oductrice a su inventer depuis 2000 et son premier album solo Peregrine, un univers musical à la fois clos et spacieux, entre Velvet Underground et Mazzy Star, où sa voix doucement loint aine s’entoure de textures sonores aussi élément aires que l’eau, la terre, l’air et le feu. Alchimiste un peu sorcière, Tara Jane O’Neil fait oeuvre de toutes manières et ma tières : dessins abstrait s ou figuratifs, chansons mélodieuses ou e xpérimentales, concerts maîtrisés seule en scène ou impr ovisés en all-star-bands, musique de films ou de spect acles vivants... Entre sa carrière solo et de multiples collaborations (avec Papa M, Mount Eerie, Ida, Mirah, Michael Hurley, Nikaido Kazumi…), elle trouve à chaque expression sa forme la plus adéqua te, comme « plusieurs génies émergeant d’une seule lampe ». Une artiste rare.

AU
AU (prononcez « Ay-you ») est le pr ojet du multi-instrumentiste Luke Wyland, accompagné depuis son installation à Portland en 2005 par le ba tteur Dana Valatka (Jackie O’Motherfucker, Mustaphamond). Tandis que Valatka, fort d’une expérience de batteur dans des gr oupes de jeunesse hea vy metal, manie avec dextérité les r ythmiques les plus comple xes (rock, afro, jazz, free), Wyland régale les yeux en instrumentiste multit âches, passant avec une impressionnante précision de la guitare à l’orgue, de l’orgue au mélodica, du melodica au pad. Les deux hommes-orchestres, comme connectés télépathiquement sur scène, ont récemment joués leur ma th-rock épique et intense en ouverture de Deerhoof, The Dodos, The Parenthetical Girls ou WHY?.

au-au-au.com / www.tenderforever.com / www.tarajaneoneil.com

En partenariat avec la Gaité Lyrique, Le Lieu Unique, Octave Cowbell, Metz en Scènes et Musiques Volantes