Français

Journée « Carte blanche à l’Université de Lorraine »

Rencontres / conférencesJournée « Carte blanche à l’Université de Lorraine »

Jeudi 9 avril 2015

Lieu(x) : Centre Pompidou-Metz
Catégorie : Rencontres / conférences
Tarif : Entrée libre
Public : Adultes

11-13h : Salle de Conférence / 2 performances
Body Instrument de Isaac Cheegar, étudiant en Licence 2 Arts de Spectacle, Pierre Bock en master 1 Arts et Culture, Jean-Michel Rolland, artiste professionnel du numérique / dispositif interactif qui relie la chorégraphie de deux danseurs avec une représentation visuelle de leur corps.

Croissance aquatique de Skarmo Stotz, étudiant en licence 3 Arts Plastiques / centaine de modules en carton empilés et juxtaposés formant un paysage végétal artificiel.

11h30 : Galeries / Visit’étudiants, Phares, Tania Mouraud (2 à 3 groupes de 20 personnes sur réservation)
Conférenciers : étudiants du master Arts et Culture

14h : Galeries / Visit’étudiants, Phares, Tania Mouraud (2 à 3 groupes de 20 personnes sur réservation)
Conférenciers : étudiants du master Arts et Culture

15-16h : Salle de Conférence / 1 performance
Body Instrument de Isaac Cheegar, étudiant en Licence 2 Arts de Spectacle, Pierre Bock en master 1 Arts et Culture, Jean-Michel Rolland, artiste professionnel du numérique / dispositif interactif qui relie la chorégraphie de deux danseurs avec une représentation visuelle de leur corps.

15h : Studio / Cellule d’Intervention Metamkine (version courte)
Performance alliant projection 16mm et musique électroacoustique dans la grande tradition du « cinema élargi »
Christophe Auger, Xavier Quérel, Jérôme Noetinger

15h30-17h : Auditorium / cours délocalisé / conférence Roland Huesca (Professeur d'esthétique. Responsable du Master 1 " Esthétique, art et sociologie de la culture" Université Paul Verlaine Metz) : Danse, l’émergence de nouvelles spiritualités

16h : Galerie 3 / Lectures / Voix publiques / Marion Fournier
Autour de l’exposition Leiris & Co

17-18h : Salle de Conférence / 1 performance
Reflet de Rémi Bertrand, étudiant en Master 2 scénographie et arts de l’exposition / projection video sur le corps d’une performeuse

17h15 : Forum / Chœur de département de Musique sous la Direction de David Jacquard (« Give peace a chance » de John Lennon devant les Wish Trees de Yoko Ono, chants de la Renaissance a cappella)

18h : Studio / Cellule d’Intervention Metamkine (version longue)
Christophe Auger, Xavier Quérel, Jérôme Noetinger

Lectures / Voix publiques / Marion Fournier
Au cours de la journée (lecteur aléatoire)

CELLULE D’INTERVENTION METAMKINE (France) / organisé par l’association Fragment
Christophe Auger : projecteur cinema
Xavier Quérel : projecteur cinema
Jerome Noetinger : dispositif électroacoustique

Héros absolus d’un cinéma (visuel ET sonore) élargi au maximum, jonglant depuis plus de 20 ans entre pellicules, projecteurs, sons et espace, la CELLULE D’INTERVENTION METAMKINE, au-delà de son statut historique indétrônable au sein de la scène expérimentale européenne, a fantastiquement su faire évoluer son propos, atteignant un niveau de poésie englobante total, énorme, magique et sans échappatoire.  Exemple parfait d’un projet non-stagnant, la Cellule actuelle, après plus de 20 ans d’expérience, a tout simplement atteint un niveau de jeu absolument phénoménal. Historique, encore une fois et, dans le genre, une véritable leçon. Incontournable, toujours aussi précurseur et quasiment obligatoire. Un jalon du genre et ô combien essentiel.

La Cellule d’Intervention Metamkine est formée de Christophe Auger, Xavier Quérel et Jérôme Noetinger. Leurs performances allient projections 16mm et musique électroacoustique, dans la grande tradition du "cinéma élargi". Depuis 1987, ils ont présenté leur travail dans plusieurs festivals, cinémas, galeries et espaces indépendants, en France, Europe, Canada, Etats-Unis, Japon et Australie. Ils ont également développé des collaborations avec d’autres groupes comme Nachtluft, Voice Crack, Kinobits, Loophole Cinema, Tom Cora, La Flibuste ou Le Cube (avec Gaëlle Rouard, Etienne Caire, Christophe Cardoen et Lionel Marchetti).
Le musicien et les cinéastes sont sur scène, faisant face au public. Deux miroirs installés dans la salle reflètent les images sur un écran placé derrière eux. Sons et images sont travaillés en direct. La Cellule d’Intervention développe une idée de jeu entre image et son, le projecteur cinéma étant un instrument comme le magnétophone à bandes par exemple. Du cinéma pour les oreilles, de la musique pour les yeux.
"Metamkine nous offre l’expérience rare d’une musique libérée de toute servitude par rapport au cinéma, un cinéma live projeté comme de la musique, avec des projectionnistes qui manifestent une spontanéité d’instrumentistes". Tom Cora
"Comme moi, ils ne cherchent pas à fonctionner en autarcie mais à minimiser leur dépendance. En manipulant les matériaux, les projecteurs, les morceaux de pellicule, ils pratiquent une forme d’engagement à la fois très nouvelle et en rapport avec la scène alternative américaine des années 60. J’aime leur violence, l’énergie qu’ils déploient pour cela, ce mélange d’amour pour les choses du cinéma et de mépris pour ce qu’il est devenu". Robert Kramer

BODY INSTRUMENT est un dispositif interactif artistique qui relie la chorégraphie de deux danseurs avec une représentation visuelle et sonore de leur corps. Ces derniers ne dansent pas sur une musique mais génèrent eux-mêmes les sonorités qui les accompagnent grâce à leurs mouvements. Celles-ci sont traduites plastiquement par des tâches colorées qui jaillissent telles des éclaboussures sur l'écran, reprenant ainsi le thème aquatique de la scénographie. Le regard du spectateur doit apprendre à naviguer entre le corps vivant des danseurs, jouant entre immobilité et mobilité, et les corps représentés qui apparaissent et disparaissent de l'écran, tantôt déformés tantôt hybridés.

Body Instrument de Isaac Cheegar, étudiant en Licence 2 Arts de Spectacle, Pierre Bock en master 1 Arts et Culture, Jean-Michel Rolland, artiste professionnel du numérique

Installation immersive visant à plonger le spectateur dans un univers végétal. Les modules en carton sont construits sur la même base, les troncs sont réalisés à l’aide de tubes de diamètres variables sur lesquels des feuilles sont fixées. Ainsi on obtient des sections de différentes tailles ce qui donne à voir des plantes différentes dans leur tailles mais pas dans leur conception. Le spectateur pourra déambuler dans ce « jardin aquatique » pour se projeter dans un autre monde, un monde marin.
Cette scénographie accompagne Body Instrument qui reprend dans sa représentation numérique le thème du monde aquatique avec des formes abstraites évoquant les fonds marins.

De Skarmo Stotz, étudiant en licence 3 Arts Plastiques / centaine de modules en carton empilés et juxtaposés formant un paysage végétal artificiel

REFLET fait intervenir plusieurs disciplines artistiques : le mapping vidéo et la danse contemporaine. Ces techniques, nourries d'une culture populaire, sont avant tout pensées comme un tout et une complémentarité. Le corps, en tant que matière, est au coeur de cette performance. Il interagit avec la projection vidéo. "Constellation" propose une vision chorégraphiée sur la place de ce réservoir pulsionnel dans notre société actuelle.

Reflet de Rémi Bertrand, étudiant en Master 2 scénographie et arts de l’exposition / projection video sur le corps d’une performeuse.