Français

Frederick Kiesler – <i>Endless house</i> : l’habitat organique

Rencontres / conférencesFrederick Kiesler – Endless house : l’habitat organique

Dimanche 4 mars 2012 à 10h30 et à 11h45

Lieu(x) : Grande Nef
Catégorie : Rencontres / conférences
Discipline : Conference
Tarif : Accès libre sur présentation d’un ticket d’entrée aux expositions. RDV 10 min avant devant l’Espace Ici & Là (max. 20 personnes)
Public : Tout âge
Durée : 60'
Auteur : Claire Lahuerta
  Née en 1975, Claire Lahuerta est Professeur d’arts plastiques et de scénographie à l’Université Paul Verlaine de Metz. Sa recherche porte sur l’art contemporain et les questions relatives à sa mise en scène ainsi que sur les rapports de l’art au corps et à ses représentations multiples. Elle est notamment l’auteur de l’ouvrage “L’œuvre en scène, ou ce que l’art doit à la scénographie”, Figures de l’Art 18, paru en 2010 aux éditions PUPPA.

Claire Lahuerta propose une immersion d’une heure dans l’œuvre Endless House de Frederick Kieseler présentée dans l’exposition Erre, variations labyrinthiques.

Artiste, architecte, théoricien de l’architecture austro-américain, Frederick Kiesler (1890-1965) développe et prône entre les deux guerres - en pleine période fonctionnaliste, une architecture suspendue, courbe, sensuelle, mobile, face à la suprématie de l’angle droit. Il fut l'incontestable pionnier d’une architecture des spirales, de la continuité. « C'est durant les années 24-25 que je supprimais le séparatisme dans la construction de la maison, c'est-à-dire la distinction entre le plancher, les murs et le plafond, et créais avec le plancher, les murs et le plafond un continuum unique ». Selon cette théorie de la continuité, il développe son projet d’une « Endless House ».
Le projet se transforme, grandit, évolue, au fil des années. Dessins, photographies, maquettes, poèmes et peintures évoquent cette recherche menée pendant quarante ans, depuis les premiers dessins à la fin des années 1920 aux dernières maquettes au début des années 1960, et sont pour certains rassemblés dans l’exposition Erre, variations labyrinthiques. Si cette recherche n’aura jamais connu de réalisation concrète et aboutie, certaines notions pionnières lancées par Kiesler, rencontreront un écho auprès de générations d’architectes suivantes, pour donner naissance aux théories de l’architecture mobile et de l’architecture-scultpure.