Parade : « Vous avez dit cubisme ? »

Talks / ConferencesParade : « Vous avez dit cubisme ? »

Dimanche 17 juin 2012 à 10h30 et 11h45

Locations : Grande Nef
Category : Talks / Conferences
Discipline : Conference
Public price : Entrée libre avec un ticket d'entrée aux expositions
Public : All ages
Duration : 60'
Author : Roland Huesca
  Roland Huesca est professeur d’esthétique à l’université Paul Verlaine de Metz.

18 mai 1917 : Ce soir les ballets russes présentent Parade. À l’affiche Picasso, Massine Satie, Cocteau. Dans les colonnes du Figaro de l’époque, Henri Quittard fait part de sa méfiance : ces « noms seuls, comme on dit, parlent d’eux-mêmes ». Pour le Tout-Paris, en effet, la collaboration entre ces différents artistes laisse présager le meilleur, ou le pire ! Les portes s’ouvrent, le public s’installe dans l’atmosphère huppée du Châtelet et découvre la toile d’avant-scène brossée par le peintre espagnol. Surprise ! Le chantre du cubisme a sagement dépeint l’atmosphère d’une troupe de cirque au repos. Le programme évoquait, il est vrai, un « ballet réaliste » ; à grande échelle, ce tableau de genre semble lui donner raison. Proportions harmonieuses des corps et de leur disposition dans l’espace, mise en scène coutumière de l’univers du cirque, succession de plans hiérarchisés. Avec cette toile d’avant-scène, Picasso s’écarte de ses savoirs et savoir-faire cubistes pour offrir au public l’occasion de jouir d’une perspective où triomphent le proche et le lointain. L’artiste se serait-il pour autant assagi ? À l’évidence non, car lorsqu’au terme du prélude, son rideau se lève, un tout autre spectacle apparaît sous les yeux ébahis de l’assistance. Paul Souday prend le Siècle à témoin : « Le décor représente l’entrée d’une baraque de foire, dont le fronton n’est pas horizontal, mais oblique. Deux monstres cubistes, pareils à des hommes-sandwichs qui ne porteraient pas de simples écriteaux, mais des amoncellements d’accessoires inextricables et baroques (…) ». De la toile d’avant-scène aux décors et costumes, Pablo Picasso peaufine ses écarts : ici, un réalisme de convention, là, un univers cubiste. Il en sera de même pour la chorégraphie. C’est une incursion au cœur de cette soirée que nous propose Roland Huesca.